Temps forts

Port de Bouc: la maire Patricia Pédinielli exprime sa colère

M. Danloy M. Danloy
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Marseille, Martigues, Miramas, Port de Bouc… Cette semaine les faits divers se succèdent.. Si  à Port de Bouc le pire a été évité, les traumatismes dûs à des coups de feu et plus effrayant encore à des agressions ne s’effacent jamais… Affligée par de tels actes, Patricia Pédinielli, maire de Port de Bouc exprime sa colère sur l’irresponsabilité d’une politique gouvernementale qui préfère réprimer les manifestants qui réclament le respect de leurs droits plutôt que d’assurer la sécurité des biens et des personnes sur l’ensemble du territoire. 
 
 
"Mais jusqu’à quand vont-ils supprimer des efectifs de police nationale? Depuis des années nous réclamons des effectifs de police nationale sur notre territoire, depuis des années nous multiplions les pétitions, les entrevues avec le ministères, avec les autorités compétentes et depuis des années on nous promet des effectifs le lundi et on nous les supprime quelques semaines après ou alors on ne remplace pas ni les départs en retraites, ni les congés maladies ou autres… On nous fait miroiter la création d’une police de sécurité du quotidien … et on nous supprime ou presque le commissariat… C’est intenable pour la population, c’est intenable pour les policiers qui sont en sous - nombre pour exercer correctement leurs missions
 
Je rappelle que l’Etat doit veiller sur l’ensemble du territoire de la République au maintien de la Paix et de l’ordre publique et à la protection des biens et des personnes à travers la Police nationale, J’insiste sur la notion de «  l’ensemble du territoire » car il n’y a pas des villes , il n’y a pas de quartiers, pas d’habitants qui n’ont pas droit à vivre sereinement. Je veux rappeler aussi que si nous avons renforcé notre brigade de police municipale , celle - ci n’a ni les compétences ni le pouvoir d’intervention que la police nationale. C’est bien à l’État d’assumer son rôle. Nous sommes prêts à lancer un plan d’actions et j’appelle l’ETAT a jouer sa partition complète. et s’il le faut, nous nous mobiliserons avec les port de boucaines et les port de boucains et puisque nos milliers de pétitions sont insuffisantes… d’autres formes de mobilisations sont possibles… 
 
Je m’associe aux Maires de Martigues et de Miramas pour agir et faire respecter les droits de nos populations. Tout comme je rejoins les maires de la Région Parisienne qui s’associe pour réclamer l’égalité de traitement, en terme de services publics et donc de police nationale sur l’ensemble des territoires "
 

Communiqué de Patricia Pédinielli maire de Port de Bouc