Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

11 novembre à Martigues, les enfants assurent la relève

M. Montagne M. Montagne
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Beaucoup de monde pour assister, ce 11 novembre, à la cérémonie commémorant le 104e anniversaire de l'armistice, lequel mettait ainsi fin à la Première Guerre mondiale après quatre ans d'un conflit ayant coûté la vie à 18 millions de personnes dont huit millions de civils. 
Défilé, dépôts de gerbes, lâcher de pigeons, plusieurs chants très bien interprétés par les 36 enfants du groupe scolaire Aupècle, dont un particulièrement notable, en l'occurrence la Chanson de Craonne : longtemps interdite par le commandement militaire car considérée comme défaitiste, elle fut fredonnée dans les tranchées par les Poilus, lesquels s'exposaient à de très graves sanctions s'ils étaient surpris à l'interpréter. Elle exprimait de la part des soldats non pas le refus de se battre mais le refus d'être inutilement sacrifiés par des généraux, à l'époque avides de gloire et d'honneurs et peu soucieux de la vie de leurs hommes. Anticapitaliste, la chanson dénonçait également ceux qui s'engraissaient grâce à la guerre. 
Les petits Martégaux entonneront ensuite la Marseillaise avant de terminer, autre nouveauté, par le Soldat de Florent Pagny. 
"Suicide de l'Europe", "plus grand massacre de l'Histoire", le  maire Gaby Charroux rappelait quant à lui qu'un siècle plus tard, en Ukraine comme en Arménie, les conflits frappaient de nouveau aux portes de l'Europe avec, comme éternels moteurs, les nationalismes et leurs cortèges "de haine et de chaos". D'où l'urgence de promouvoir, encore et toujours, une paix qui n'est jamais acquise