Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Pierre Dharréville interpelle le gouvernement sur la trésorerie de Martigues

Pierre Dharréville interpelle le gouvernement sur la trésorerie de Martigues

1/1

Pierre Dharréville interpelle le gouvernement sur la trésorerie de Martigues

R. Khayat R. Khayat
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

La réorganisation des centres de finances publiques se précise autour de l’étang de Berre, notamment à Martigues. 

Pierre Dharréville, député communiste de la 13ème circonscription des Bouches-du-Rhône, a abordé la question ce mardi à l’Assemblée nationale. Il s’adressait à Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des comptes publics. 

Une proximité… en déclin

Selon lui, cette restructuration des finances publiques, qui souhaite, sur le papier, resserrer le maillage territorial et créer plus de proximité, aura un effet inverse à Martigues.

A partir de 2023, la commune verra en effet la disparition d’une majorité de ses services de trésorerie locale, pour les transférer à Istres et Arles, respectivement à 20 et 50 kilomètres de la ville.

Après avoir rappelé les objectifs de cette restructuration nationale, le ministre a tenu à rassurer les Martégaux : leur centre ne fermera pas ses portes. Le service d’impôt des particuliers va bien rester sur place et accueillera toujours les usagers dans le besoin.

Toujours selon le ministre, ce service va prendre de l’ampleur, et passer de 23 à une cinquantaine d’agents, grâce au rapprochement réalisé avec l’agence d’Istres.

Une incompréhension des syndicats

En revanche, tous les autres services seront bel et bien transférés, comme la fiscalité des professionnels ou encore la gestion comptable de l’hôpital des Rayettes. 

Une décision que n'acceptent pas les agents syndiqués CGT de la trésorerie de Martigues. Dans un communiqué publié en décembre, ils dénoncent "une déstructuration du réseau des Finances Publiques". 

 

Pour retrouver l'intégralité de l'intervention de Pierre Dharrévile à l'Assemblée nationale, cliquez ici. Le député prend la parole à partir de 3h12.