Temps forts

Après le confinement, Fos-sur-mer se refait une beauté

G. Saucerotte G. Saucerotte
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Le débat fait rage chez les fosséens : doit-on laisser les herbes hautes ou tout raser ? Et bien, nous pouvons vous dire : un peu des deux

C'est ce que nous confirme Stanley Cardon, directeur du cadre de vie à Fos : " Fos, c'est 4 059 arbres à entretenir, 27 000 m² de massifs et de fleurs, 26 000 m² de pelouses vertes et 378 000 m² de pelouses rustiques". Par pelouse rustique, comprenez un espace entretenu, mais qui ne nécessite pas d'entretien extrêmement rigoureux.

Mais aujourd'hui, l'heure n'est pas à savoir ce qui est rustique ou non, il faut répondre à l'urgence, à savoir le débroussaillement et le dégrossissement des espaces.

Comment entretenir 149 km de trottoir et 77 km de voirie publique en quelques semaines, après avoir pris autant de retard pendant le confinement ... Stanley nous dresse la liste des impératifs, et ils sont nombreux : "Nous devons jongler entre les pluies régulières, les gestes barrières toujours en vigueur, le nettoyage des plages, le débroussaillement aux abords des pinèdes, en plus de notre gestion courante des massifs".  

Le post-confinement à gérer
Une fois le déconfinement acté, les équipes ont dû se réorganiser. Le travail s'effectue en mode dégradé du fait de l'application des normes sanitaires : "nous devons limiter le nombre de personnes dans les camions, et appliquer les gestes barrières en toute circonstance". De fait, les équipes travaillent groupés et zone par zone pour traiter efficacement l'urgence.

Prioriser les zones pour répondre à l'urgence
Vous nous en parlez régulièrement, pourquoi certaines zones sont-elles traitées et pas d'autres ? Cela dépend de l'urgence. Dans certaines zones, comme sur l'avenue Georges Pompidou, la végétation empiète sur la voie, ce qui rend la circulation dangereuse, c'est une priorité.

Au contraire, les espaces où la végétation pousse sans poser de véritables problèmes sont, pour l'instant, mis de côté. Place donc aux coquelicots et autres pâquerettes sur les prairies bordant l'Hauture et le pont de la plage, pour le plus grand plaisir de certains fosséens. 

Le nettoyage de la plage
Le retour des plaisanciers et de la belle saison oblige les services à revoir leur planning. C'est le cas du service nettoiement qui travaille dur pour faire des plages de Fos un espace de plaisance agréable : "Il faut venir le matin avant le passage de la balayeuse ... Nous avons un gros problème de déchets sauvages sur les plages. Et donc, en plus des 75 poubelles à vider et à nettoyer, c'est un gros boulot". Là encore, le travail est priorisé, au risque de laisser des espaces moins entretenus ...

Le débroussaillement des abords de pinèdes.
Nous vous en avons parlé dernièrement, il faut débroussailler pour éviter les départs de feu. Cette obligation ne s'applique pas qu'aux administrés, et la ville doit y répondre en priorité.