Temps forts

Le maire de Port de Bouc prêt à "se battre pour avoir un commissariat"

J. Darras J. Darras
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Port de Bouc veut son commissariat! Le maire Laurent Belsola se dit prêt "à se battre et à ne rien lâcher". Il va interpeller cette semaine le Préfet de police et le ministère de l'Interieur pour obtenir "un véritable commissariat et une 15aine de policiers". Ça fait suite à un nouveau faits divers ce week-end. Un jeune a été blessé par balle aux Aigues Douces

 

Retrouvez ci-dessus en audio l'interview du maire de Port de Bouc Laurent Belsola (au micro de JM Darras)

 

Laurent Belsola , maire de Port de Bouc, a aussi publié ce week-end ce communiqué suite aux coups de feu qui ont fait un blessé :

« Samedi 13 juin, en fin d’après midi, au quartier des Aigues douces, un jeune homme a été blessé par des tirs. Son pronostic vital n’est pas engagé. Une enquête est en cours sur cet événement douloureux qui aurait pu être plus tragique encore et que nous déplorons. Comme je m’y suis engagé au cours de la campagne électorale, je veux, avec mon équipe, oeuvrer sans relâche pour obtenir des effectifs conséquents de police nationale, des effectifs suffisants pour garantir la République et le droit des citoyens à la tranquillité publique. Le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance reunit régulièrement l’ensemble des partenaires sociaux et des acteurs de la sécurité pour, de la prévention à la sanction, lutter contre les délits et faire respecter le droit de chaque habitant à vivre bien dans sa ville. Mais le constat demeure: L’efficacité de cette cellule doit être accompagnée d’une présence suffisante et pérenne des forces de police sur le terrain. Ce n’est pas le cas. Les habitants, comme les policiers, souffrent de cette carence.
Depuis des années, à force de pétitions et d’intervention auprès des ministères, on nous octroie des renforts un jour, pour les supprimer le lendemain, voire pour démanteler le commissariat de police local. Cette situation n’est pas conforme aux principes républicains.

La sécurité est un droit et une mission régalienne de l’ÉTAT.
Depuis trop longtemps l’État tourne le dos à ce principe. Aujourd’hui, il doit s’y engager dans les actes - non pas en s’attaquant aux manifestants - mais en organisant équitablement sur l’ensemble du territoire français et chez nous à Port de Bouc une police au service de l’intérêt général.

Cette exigence fait partie de mes priorités. Dès demain je m’adresserai à toutes les autorités compétentes pour reconquérir ce droit. Au delà des lettres envoyées, au delà des rencontres qui m’attendent, j’irai à Paris auprès des ministères pour défendre notre dossier et avoir gain de cause. j’appelle l’ensemble des port de boucains à m’accompagner dans cette requête car notre rapport de force sera déterminant. »