Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Martigues : un rassemblement ce midi pour soutenir une mère d'élève exilée

F. Verpalen F. Verpalen
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+


Ci- après un communiqué du collectif « Personne sans toit à Martigues » qui dénonce le fait qu’une mère de deux enfants dont l’une scolarisée à l’école maternelle Madeleine Chauve doit quitter le territoire français car elle est soumise à la procédure « Dublin »

En soutien à cette famille, un rassemblement était organisé devant l’école maternelle Madeleine Chauve, ce lundi 31 janvier à midi.

Le communiqué :

Les exilé.e.s sont des êtres humains !

Les enfants ne sont pas des numéros !

Depuis la mise en place des procédures Dublin, les demandeurs d’asile doivent déposer une demande dans le premier pays où ils ont mis les pieds en arrivant sur le sol européen.

De ce fait, les personnes qui se sont installées en France pour faire une demande se voient sommées de quitter le pays, dans un délai de quelques jours.

Cela n’est pas sans conséquences sur ces personnes déjà éprouvées par la rudesse de l’exil.

A Martigues depuis plusieurs mois les procédures « Dublin » se multiplient, condamnant des familles qui avaient commencé à souffler à repartir dans l’incertitude du parcours de régularisation.

C’est le cas par exemple pour Mme X et ses deux enfants, dont le plus âgé est scolarisé à la maternelle Madeleine chauve depuis le début de l’année.

Comment peut-on penser qu’un déplacement soudain dans un autre pays d’Europe, après une route déjà harassante pour rejoindre la France, sera sans conséquences sur le développement affectif de ces enfants ?

Dans un pays comme le nôtre, qui se glorifie d’être celui des droits de l’homme et de l’enfant, comment peut-on accepter que les familles ne soient considérées que comme des dossiers, comme des numéros, que l’on peut déplacer à n’importe quel moment de l’année ?

Il est temps d’affirmer notre solidarité avec la famille X et avec tous les exilé.e.s en général, de réclamer de notre pays une accueil digne pour toutes et tous, et de faire de notre ville une terre d’hospitalité.