Temps forts

Affaire SPSE. La Réserve de la Crau "bafouée"

  • Justice
  • 04/08/2014 à 09h45
  • 01:05
La plaine de la Crau a subit des dégâts irréversibles lors de la pollution.

1/1

La plaine de la Crau a subit des dégâts irréversibles lors de la pollution.

R. Chape R. Chape
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Dans un communiqué, le Conservatoire d’espaces naturels de Provence-Alpes-Côte d’Azur (CEN PACA) et la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône (CA13), co-gestionnaires de la Réserve naturelle des Coussouls de Crau annoncent sortir "diminués et bafoués" des cinq années de procédure judiciaire l'opposant à la Société du Pipeline Sud-Européen (SPSE), après le jugement rendu la semaine dernière par le tribunal de Tarascon. "Nous regrettons que les amendes pénales n’aient pas le caractère exemplaire que l’on était en droit d’attendre : 76 950 € infligés, contre 250 000 € requis par le Parquet, et 375 000 € encourus", précisent leurs directions. "C'est un signal inquiétant pour la protection de la nature en France et ses défenseurs".

Pour rappel, au matin du 7 août 2009, la rupture d'une canalisation de pétrole de la SPSE avait provoqué le déversement de 4.500 tonnes de pétrole dans la réserve naturelle nationale des Coussouls, un sanctuaire de 7.500 hectares, seule steppe sèche d'Europe. Faune, flore et nappe phréatique avaient été immédiatement pollués sur cinq hectares. Environ 45 hectares supplémentaires avaient ensuite été endommagés par un vaste chantier de dépollution qui a duré jusqu'en avril 2011.