Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Berre : l’installation illégale de gens du voyage irrite le maire

Berre : l’installation illégale de gens du voyage irrite le maire

1/1

Berre : l’installation illégale de gens du voyage irrite le maire

D. Gesualdi D. Gesualdi
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Mario Martinet annonce sur sa page Facebook avoir saisi le préfet à ce sujet: « Je viens de saisir conjointement le député, le préfet, la présidente de la Métropole et le président de l’Union des Maires à propos des gens du voyage. En effet, de grands groupes (une centaine de caravanes à chaque fois) prétendent une fois de plus prendre Berre en otage pendant l’été, en s’installant sans droit ni titre sur notre territoire. Cela a déjà commencé face à la cave coopérative

Ces problèmes relèvent de la compétence de l’Etat et de la Métropole, mais force est de constater que rien n’avance pour pouvoir empêcher ces installations sauvages. Année après année, rien n’est fait pour aider notre Commune qui se retrouve seule face au problème, sans moyens légaux pour empêcher ces occupations illégales récurrentes !

Rien pour que la Métropole réalise rapidement l’aire de gens du voyage prévue à Berre l’Etang depuis des années, qui permettrait à notre municipalité à minima de porter plainte, avec quelques chances d’être entendue par la justice (et pourtant le terrain acquis et le projet ont été transférés à la Métropole). Rien pour aménager l’aire de grand-passage d’Istres, maintenue dans un état déplorable et où sont tolérés des « gens du voyage » sédentaires. Rien pour contraindre au moins les groupes de gens du voyage, en « villégiature » dans notre département, à ne pas s’installer toujours aux mêmes endroits, dont ils s’échangent les « bonnes adresses ».

J’ai donc demandé une réunion au plus haut niveau, à l’initiative de l’Etat, rassemblant toutes les parties concernées dont les municipalités les plus impactées, pour traiter dans le détail et définitivement ce problème avant qu’un incident grave ne survienne un jour. »

Photo page Facebook Mario Martinet