Temps forts

Une convention entre les pompiers et le camp des Milles

D. Cismondo D. Cismondo
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Signature aujourd'hui d’une convention entre le camp des Milles et l’Ecole Nationale Supérieure des Officiers de Sapeurs-Pompiers.

La direction du camp des Milles fait le point dans un communiqué:

"Au cœur de l’objectif éducatif du Site-Mémorial du Camp des Milles, la formation des acteurs publics et privés prend toute sa place moins d’un an après l’ouverture de ce haut-lieu de mémoire.

En s’appuyant sur l’histoire du Camp des Milles, sur la visite des lieux restés intacts et sur les apports spécifiques des sciences sociales, cette activité de formation a pour mission essentielle de renforcer la vigilance face aux pratiques discriminatoires, et de favoriser la réflexion sur l’exercice des responsabilités en particulier dans des situations difficiles.

La mise en place de ces actions de formation répond au besoin, souvent exprimé par les concernés eux-mêmes, de former les cadres confrontés aux situations de discriminations et d’abus dans une période marquée par l’ébranlement de beaucoup de repères, mais aussi par des crises multiples, par la peur de l’Autre et par de dangereuses crispations identitaires.

Il s’agit d’aider à redonner du sens à l'engagement des cadres dans l'accomplissement de leur mission d'autorité au sein de leur organisme de travail, de mettre en avant le rôle-clé et la responsabilité de chaque individu, acteur essentiel de la structure, notamment dans un environnement socioéconomique instable, et d’éclairer chacun sur ses forces et faiblesses dans l'exercice de l'autorité comme dans l'exécution.

D’une durée d’un ou plusieurs jours et coproduites avec l’Université Aix-Marseille, les formations dispensées proposent une première approche de sensibilisation par une visite des lieux d’internement puis une étape de questionnement, de réflexion et d’échanges sur la base d’exposés, d’un film semi-immersif, d’expériences psychosociales, de scénettes interactives et d’étude de cas.
Des formations tests ont déjà eu lieu auprès du personnel de collectivités locales, de l’Education nationale et de grandes entreprises régionales, ainsi qu’auprès du Bataillon de Marins-Pompiers de Marseille.

Cette action de formation enrichit la dimension éducative voulue par les initiateurs du projet de Site-Mémorial pour que l’homme puisse apprendre de son passé et exerce efficacement sa vigilance face à l’inacceptable. Elle complète ainsi l’action menée dès l’ouverture du Mémorial auprès des scolaires en coopération étroite avec l’Education nationale.

C’est dans ce cadre général qu’une convention liant l’Ecole Nationale Supérieure des Officiers de Sapeurs-Pompiers (Ensosp) à la « Fondation du Camp des Milles-mémoire et Education » sera officiellement signée le 30 aout à 11h45 dans les locaux du Site-Mémorial.
Elle aura pour objet principal d’instituer la conduite d’activités conjointes notamment par des visites du Site-mémorial par les officiers et élèves-officiers de l’Ensosp ou par la participation des deux structures à des formations professionnelles et citoyennes en particulier à l'égard des jeunes.


Rappelons  que le Camp des Milles est le seul grand camp français d'internement et de déportation  encore intact et accessible au public. Il vit passer 10 000 internés de 38 nationalités dont de nombreux artistes et intellectuels comme Max Ernst ou Hans Bellmer, des hommes politiques, des journalistes... Son histoire témoigne des intolérances successives, xénophobe, idéologique et antisémite qui conduisirent à la déportation de plus de 2 000 hommes, femmes et enfants juifs depuis le Camp des Milles vers le camp d'extermination d'Auschwitz via Drancy .
Ils faisaient partie des 10 000 juifs de la zone dite "libre" qui, avant même l'occupation de cette zone, ont été livrés aux nazis par le gouvernement de Vichy, puis assassinés dans le cadre de la "Solution finale"
L’ambition du Site-Mémorial du Camp des Milles est de rappeler l’histoire tragique dont témoigne le camp des Milles et de s’appuyer sur l’histoire de la Shoah et d’autres génocides, pour présenter un « volet réflexif » inédit visant à renforcer la vigilance et la responsabilité du visiteur face aux menaces permanentes du racisme, de l’antisémitisme, de l’intolérance et du fanatisme. Contribuant ainsi hautement aux valeurs humanistes de respect, de dignité et de solidarité, il constitue, par les médiations utilisées, une réalisation pédagogique unique au monde sur un lieu de mémoire. "