Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Le personnel d'Apave à Chateauneuf-les-Martigues est en grève

  • Social
  • 13/11/2019 à 15h00
  • 01:42
Le personnel d'Apave à Chateauneuf-les-Martigues est en grève

1/1

Le personnel d'Apave à Chateauneuf-les-Martigues est en grève

G. Saucerotte G. Saucerotte
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Depuis ce matin, le personnel de l'entreprise Apave, située à Chateauneuf les Martigues a entamé un mouvement de grève. 

Le 20 septembre 2019, la Direction de APAVE a annoncé aux 52 salarié-e-s du laboratoire de chimie National  que l’activité et les locaux allaient être vendus avec une échéance au 31 décembre 2019 au motif qu’elle ne souhaitait plus investir sur ce site.

Les instances représentatives du personnel (CE, CCE, et CHSCT) ont, par la suite, été consultées avec une insuffisance d’informations.

La Direction, devant la menace d’une action en justice des élu-e-s pour obtenir plus d’informations, qui retarderait la date de la mise en vente, a proposé des « mesures d’accompagnement » sous forme de primes versées au salarié-e-s, si et seulement si, les actions décidées par les élu-e-s en CE et CHSCT étaient abandonnées.

Le mercredi 30 octobre, les salarié-e-s, par la voix de leurs délégué-e-s du personnel CGT, ont demandé, lors d’un entretien prévu avec le DRH du groupe APAVE, une enveloppe de 1,3 millions d’euros.

La proposition de la Direction étant de 100 000 euros non négociables, les délégué-e-s du personnel ont, suite aux réactions des salarié-e-s, demandé dès le lendemain, une enveloppe de 700 000 €.

Le DRH ne souhaitant pas donner de réponse à cette proposition avant le mardi 5 novembre au soir, 64 % du personnel présent sur le site, épuisé et excédé par le manque de reconnaissance du travail fourni toutes ces années, a décidé de se mettre en grève le 31 octobre afin que des négociations se tiennent au plus vite. 

Le 5 novembre, le DRH du groupe APAVE est venu à la rencontre des salarié-e-s sans proposition à la hausse mais avec des menaces. Le personnel a laissé les audits du repreneur le mieux placé se passer dans les meilleures conditions possibles sans que le DRH ne revienne sur sa position malgré une relance des délégué-e-s du personnel CGT.