Temps forts

"En s’en prenant à ma famille, les limites ont été franchies" : la maire de Port-de-Bouc réagit

D. Gesualdi D. Gesualdi
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Patricia Fernandez-Pédinielli vient de nous faire parvenir ce communiqué après l'acte de vandalisme commis sur son domicile la nuit dernière. Plusieurs engins inflammables ont été retrouvé sur le mur d'enceinte de la maison

Les pompiers ont du intervenir, une enquête de police est en cours.

"Dans la nuit de mercredi 12 juin au jeudi 13 juin, aux alentours de 2h, ma famille et moi - même avons été la cible d’un acte odieux. Notre domicile a été pris pour cible. La pose de cocktails molotov encerclant notre habitation a déclenché un début d’incendie. Le pire a été évité grâce à l’intervention de mon voisin qui a immédiatement appelé les sapeurs - pompiers. Ne connaissant pas d’ennemis dans ma sphère privée, je ne peux que soupçonner un attentat associé à mes fonctions de maire de Port de Bouc.

Depuis 14 ans et plus encore, depuis les dernières élections municipales, je subis régulièrement des atteintes à ma vie privée, de la calomnie, du harcèlement et des menaces liés à l’exercice de mon mandat. Depuis mon annonce de devoir reprendre mon activité professionnelle d’enseignante, les réseaux sociaux se sont enflammés et pour la première fois j’ai dû intervenir pour que cesse la déformation d’informations cherchant à porter atteinte à mon intégrité.

Aujourd’hui cet acte dépasse tout entendement. En s’en prenant à ma famille, les limites ont été franchies. Je ne peux tolérer qu’avec ma famille nous ne puissions plus nous sentir en sécurité dans notre lieu de vie, dans notre ville, chez nous à Port de Bouc.
Tout en m’accordant le temps du recul nécessaire face à cette attaque, je ne peux m’empêcher, tout de même de penser : Comment est-il possible de ressentir une haine si violente, au point de mettre en place un dispositif pour nuire à la vie d’un élu et de ses proches ? Depuis des années, je mets un point d’honneur à dissocier la vie privée de mon engagement public, afin que celle -ci puisse être respectée comme il se doit.

Aujourd’hui, je souhaite que les auteurs prennent conscience de leurs actes et qu’ils soient jugés pour l’ignominie de leurs agissements.

Je tiens à remercier la Police Nationale, le Procureur de la République et le Préfet de Région pour avoir considéré aussitôt la gravité de cette agression et déclenché une enquête conséquente. Une procédure est en cours et je sais pouvoir compter sur nos institutions pour qu’elle soit menée à terme.

Je souhaite remercier, par-dessus tout, mon jeune voisin pour son réflexe citoyen empli d’humanité.
Je souhaite remercier les sapeurs-pompiers pour leur rapidité et pour leur efficacité et bien sûr l’ensemble de ma famille, tous mes voisins, toute mon équipe, tous mes camarades et toutes celles et ceux qui sont à mes côtés et aux côtés de ma famille, nous soutenant, par des marques et des attentions chaleureuses à notre égard.
Je demeure éperdument attachée à la liberté d’expression à Port de Bouc, en France et partout dans le monde. Exprimer ses opinions politiques librement et en toute sécurité sont les principes de notre démocratie. Ce sont ces valeurs qu’à travers mon engagement j’ai toujours défendues et que je continuerai de défendre."

Patricia Fernandez-Pédinielli