Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Transports à Marseille: débats entre B. Payan et M.Vassal sur les chantiers prioritaires

Transports à Marseille: débats entre la B. Payan et M.Vassal sur les chantiers prioritaires

1/1

Transports à Marseille: débats entre la B. Payan et M.Vassal sur les chantiers prioritaires

C. AMOUROUX C. AMOUROUX
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Le sujet a monopolisé une partie du Conseil de Territoire cet après-midi dans l'hémicycle du Pharo. L’Etat va donner un milliard d’euros pour de nouveaux transports dans le cadre du plan “Marseille en grand”. Mais qui va en profiter en premier ? C’était tout l’objet des échanges, plutôt vifs, entre le maire de Marseille Benoit Payan et la présidente de la Métropole Martine Vassal. La Ville veut voir inscrit en haut de la liste les quartiers nord, une condition demandée par l’Etat selon le maire: “ C’est ce qui est écrit noir su blanc dans l’amendement, on ne peut pas faire comme si on ne le voyait pas (...) Sur le tracé ce ne sont pas des chicayas ce sont des options politiques. Je suis persuadé que si vous inscrivez les tramways dans les quartiers nord avant celui des Catalans, qui ne urge pas et qui n’est pas la volonté des élus, nous pouvons réussir à faire quelque chose ”

Pour Martine Vassal, la réponse est nette: “On commence par ce qui est engagé”. Elle souligne également que “l’argent n’est pas conditionné qu’au nord, il a été validé sur des projets”. Pour la présidente de la Métropole, il ne faut pas opposer nord et sud ni de stopper les projets déjà prêts. "On ne demande pas d'arrêter le reste", précisera par la suite la maire-adjointe Samia Ghali. L'élue a d'ailleurs demandé pendant le Conseil la mise en place d'une réunion de travail avec des techniciens pour aboutir à un calendrier de faisabilité sur le tramway dans les quartiers nord: "Martine Vassal a accepté ma proposition, j'en suis ravie", réagit Samia Ghali à la sortie de l'hémicycle. Quelques mains tendues et des paroles exprimant un besoin urgent de "s'entendre" ont ponctué les débats cet après-midi.