Temps forts

Martigues. École Di Lorto : déclaration de Gaby Charroux

R. Chape R. Chape
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Communiqué de Gaby Charroux, député-maire de Martigues :

L'incident qui s'est produit ces derniers jours à l'école Di lorto entre une maman d'élève et la directrice de l'établissement est significatif d'un manque de raison.
Manque de raison dans les comportements.
Manque de raison aussi dans les analyses ou appréciations qui en ont résulté.

Cet événement relaté dans la presse laisse apparaître plusieurs éléments qu'il convient de clarifier : c'est l'Éducation Nationale, il devient essentiel de le rappeler de manière permanente, qui garantit l'égalité de traitement des enfants tant dans les apprentissages que dans les règles de vie collective.

Quel que soit l'enfant, quel que soit le quartier ou le milieu dont il est issu.

L'Éducation Nationale a donc décidé, devant la teneur des événements, pour protéger tout autant la scolarité de l'enfant que les enseignants, dans l'exercice de leur métier, de scolariser l'enfant dans une autre école de la ville.

Dans cette affaire, la Ville n'est pas en position d'intervenir dans la décision de l'Éducation Nationale. Elle a rempli plus que son devoir en mettant en protection la petite Savannah, lui permettant d'avoir accès au restaurant scolaire, sans que l'enfant n'y soit inscrite.

Par contre, il est particulièrement désobligeant et démagogique de tenter de récupérer un incident de ce type à des fins purement et bassement politiques qui n'ont pour seule conséquence que de jeter un peu plus le doute sur une profession qui mérite respect, écoute et soutien dans un contexte où les conditions d'exercice sont de plus en plus difficiles.

Plutôt que de crier avec les loups, il faut que tous ceux qui aspirent à des responsabilités, tous ceux qui clament leur engagement dans la vie de la cité, s'interrogent sur les solutions à apporter pour que ne se reproduisent plus des incidents comme celui là.

C'est ce que fait la Ville au travers du partenariat qu'elle a construit avec les équipes enseignantes, avec les parents d'élèves, avec l'inspection académique.

Au travers des conseils d'école ou des moments formels de l'éducation nationale, les élus et services municipaux s'attellent quasi quotidiennement à prévenir ce genre de situation et proposer des solutions collectives qui puissent s'avérer efficaces.



Ainsi, n'attendant pas les leçons de pseudo-morale érigées par quelques uns qui, au demeurant ne font que des constats sans faire aucune réelle proposition, la Ville a prévu de mettre en place avec les équipes enseignantes et les parents d'élèves de Di Lorto des temps d'échange et de concertation pour apaiser la situation.

D’ailleurs, nous ne doutons pas que toutes les conditions seront créées pour que l’enfant puisse poursuivre une scolarité de qualité. Dans l'intelligence collective, le dialogue et la co-construction, nous saurons trouver, je crois, une issue satisfaisante pour tous.

Avec une ambition certainement partagée par les enseignants et les parents : que cela ne se reproduise plus.

Parce-que l’École doit rester, avec l’effort de chacun et de tous, un socle de l’éducation, un socle des apprentissages, un socle de la République.