Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Marseille. Un conseil municipal perturbé par les interventions de l'extrême droite

Marseille. Un conseil municipal perturbé par l'extrême droite

1/1

Marseille. Un conseil municipal perturbé par l'extrême droite

C. AMOUROUX C. AMOUROUX
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Les mains ont tapé sur les tables, des voix se sont exclamées à plusieurs reprises ce matin dans l'hémicycle de l'espace Bargemont. Pour cette rentrée, l'extrême droite en la personne de Stéphane Ravier (Reconquête) et Bernard Marandat (RN), s'est montrée particulièrement offensive

Stéphane Ravier a vivement attaqué deux délibérations : celle attribuant des subventions à des associations dans l'objectif, entre autres, d'agir pour la santé menstruelle, en partenariat avec la Ville de Dakar. Il est aussi revenu sur la campagne publicitaire du planning familial montrant un homme trans enceint. Il s'est également opposé à l'attribution d'une subvention pour financer l'équipement de l'association SOS Méditerranée qui porte secours aux migrants en mer. Des propos qui ont été jugés « racistes et misogynes » par l'opposition.

L'élu a repris la parole plus tard durant le conseil pour parler (à nouveau) d'immigration avant de se voir couper le micro, jugé hors sujet par le maire. Par la suite, Benoit Payan a annoncé qu'il souhaitait rétablir le temps de parole, aboli depuis l'arrivée du printemps marseillais à la tête de la ville. 

Le taulé de la journée c'est le mot "assassin" qui a fait trembler l'assemblée. Il a été lancé par Bernard Marandat à Audrey Garino avant que celle-ci ne prenne la parole pour présenter une délibération. Benoit Payan a interrompu la séance pour demander des excuses à Mr Marandat. Ce dernier a précisé que sa parole ne visait pas en particulier l'élue communiste mais son parti. Audrey Garino a déclaré qu'elle avait l'intention de porter plainte.