Temps forts

Armée à Marseille. Réaction de Jean-Marc Coppola.

R. Chape R. Chape
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Jean-Marc Coppola, Vice-président de la Région PACA et Conseiller municipal de Marseille, répond à la sénatrice-maire PS des 15e et 16e arrondissements de "sa" Ville, Samia Ghali. Il nous fait parvenir ce communiqué :

"Gardons la tête froide et agissons !
Chaque règlement de compte fait monter d’un cran l’insupportable et l’inacceptable.
Que des élus fassent des propositions pour tenter de résoudre cette situation est légitime mais il faut prendre garde que le remède ne soit plus mauvais que le mal.
L’armée n’est pas formée pour démanteler les trafics de drogue, d’armes et d’argent sale qui gangrènent Marseille. Ce n’est pas le rôle des militaires de remplacer les pouvoirs publics, les services publics et l’Etat qui ont abandonné des territoires convoités par les spéculateurs fonciers et immobiliers. C’est encore moins le rôle des militaires d’éduquer nos enfants ! Ce n’est pas non plus la mission de la Défense nationale de protéger les habitants des quartiers et particulièrement les plus jeunes.
D’autres solutions existent et elles sont à trouver du côté de l’Etat dont c’est le rôle de faire vivre et respecter les valeurs de la République. Il revient donc au gouvernement de prendre la mesure de la gravité de la situation à Marseille et de mettre les moyens humains et financiers qui permettraient de résorber les 50% de chômage en incitant au développement de l’emploi, de la formation, de l’éducation.
C’est au gouvernement de mettre en place des agents de police de proximité et d’investigation. C’est au gouvernement de renforcer la justice pour que Marseille ne s’enfonce pas dans une zone de non droits. C’est au gouvernement de prendre la main pour reconstruire des territoires solidaires, harmonieux et sûrs, équipés de logements décents, modernes et des cités à taille humaine dotées de l’ensemble des services publics."