Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Métropole. Le maire des Pennes-Mirabeau rend sa carte PS

R. Chape R. Chape
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Michel Amiel le maire des Pennes-Mirabeau, commune limitrophe de Marseille, a annoncé hier soir lors d'une réunion publique "anti-métropole" sa démission du PS pour marquer son hostilité au projet de Métropole Aix-Marseille-Provence.

"C'est une décision qui me pèse, mais elle est mûrement réfléchie, c'est un acte fort pour interpeller les acteurs politiques", a déclaré M. Amiel au lendemain de cette réunion qui a réuni quelque 700 personnes sur sa commune.

L'élu qui compte s'engager pour les prochaines municipales "sans étiquette mais avec une sensibilité de gauche", fait partie des 109 maires, sur les 119 que comptent les Bouches-du-Rhône, qui combattent avec détermination le projet de métropole.

"Pour moi c'est une question de cohérence", a-t-il souligné, expliquant qu'il avait combattu "la loi Sarkozy en 2010, qui revient aujourd'hui et est votée par l'UMP et une partie du PS".

Selon M. Amiel, la majorité des opposants au projet de loi n'est pas "contre un projet métropolitain" mais elle pense que "Marseille cumule les retards" et que le projet a d'abord besoin "d'une aide massive de l'Etat" pour les combler.

"Le projet des grandes métropoles n'est pas celui des maires", affirme de son côté le secrétaire de la Fédération socialiste des Bouches-du-Rhône, Jean-David Ciot, qui craint que cette démission devienne contagieuse.

"René Raimondi, (le maire socialiste de Fos-sur-Mer, président du Syndicat d'agglomération nouvelle Ouest-Provence) m'a indiqué qu'il rendrait sa carte", affirme M. Ciot.

Regroupés en association, les frondeurs, élus de gauche et de droite, prônent un projet alternatif d'Epoc (établissement public opérationnel de coopération), où les compétences de la future métropole seraient bien partagées, mais pas les ressources fiscales correspondantes.

Le projet de loi voté en première lecture au Sénat prévoit que la future entité de 1,6 million d'habitants se substituera à six intercommunalités existantes: Marseille Provence Métropole (MPM), les communautés d'agglomération du pays d'Aix-en-Provence, de Salon-Etang de Berre-Durance, du pays d'Aubagne et de l'Etoile, celle du pays de Martigues et le syndicat d'agglomération nouvelle Ouest-Provence (Fos-Istres).


AFP