Temps forts

Election municipale à Istres : le maire François Bernardini répond à Michel Caillat

J. Darras J. Darras
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Dans un courrier adressé au maire et au sous préfet, Michel Caillat expliquait hier pourquoi son groupe ne siègera pas samedi matin lors du conseil municipal qui va élire le maire de la ville

« (...) Les 3 élus du groupe ne siégeront donc pas samedi matin au nom du principe de responsabilité et de précaution.
La mobilisation du Conseil Municipal et des techniciens nécessaires au bon déroulement des opérations représente un nombre de personnes bien trop important dans les circonstances.
Il n’est pas question de faire courir le moindre risque supplémentaire à nos proches, aux collègues élus, aux agents de la ville mobilisés pour la tenue de cette séance et aux Istréens en général.
Exempter les politiques des règles applicables par tous les Français est déplacé. »

 

Voici la réponse du maire François Bernardini, adressée à Michel Caillat, qui nous est parvenue cet après-midi par communiqué :

"Monsieur le Conseiller Municipal, 
En réponse à la convocation au Conseil Municipal du 21 Mars 2020, vous m'avez adressé le Communiqué de Presse de votre liste. 
Outre le fait que la Mairie n'est pas une agence de presse, il me semble que les règles de courtoisie et de respect, auraient dû vous conduire à vous adresser, en votre qualité de 
1, au Sous-Préfet et au Maire, puis à communiquer votre décision à la presse. 
Je passerai sur la forme, qui donne toutefois le ton sur le mode de communication choisi avec les services de l'Etat et la Mairie, et je vous répondrais sur le fond. 
Les Maires de France qui ont été élus au premier tour le 15 Mars, ont reçu hier une circulaire du Ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales, fixant les modalités de tenue des Conseils Municipaux obligatoires, conformément à l’Art. L.2121 – 7 du Code des Collectivités Territoriales. 
En tant qu'Elu de la République et en pleine responsabilité, j'entends appliquer cette loi. 
Votre choix de ne pas le faire au motif que la situation sanitaire vous inquiète, vous appartient et affiche un mépris pour les électeurs qui se sont déplacés pour que la démocratie s'exerce, malgré les conditions exceptionnelles dans lesquelles ces élections se sont déroulées. 
Toutefois, permettez-moi de m’interroger sur votre posture, en cas de victoire de votre liste à cette élection dimanche dernier. Peut-être aurait-elle été différente, mais cela......... nous ne le saurons jamais ! 
Plus sérieusement, votre précipitation à communiquer en rendant publique votre décision est la preuve d'un manque de sang-froid et de discernement, n'hésitant pas à rajouter une inquiétude supplémentaire dans un environnement déjà très anxiogène".