Temps forts

Incendie à la cité des Lauriers à Marseille: le point sur l'enquête

  • Justice
  • 19/06/2020 à 20h32
  • 01:58
M. Danloy M. Danloy
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Dans l’après midi du 14 Juin 2020 un incendie se déclarait dans un immeuble d’habitation de 13 étages  cité des lauriers à Marseille. Deux personnes décédaient immédiatement dont une enfant , une troisième personne décédait des suites de ses graves brulures  le 16 Juin 2020 . 5 autres personnes ont été prises en charge par les pompiers et 32 personnes devaient être relogées en urgence ( dont 11 enfants

 L’enquête diligentée par la sûreté départementale permettait dans un premier temps d’identifier les trois victimes membres d’une même famille  et de comprendre comment elles avaient pu être piégées par les flammes.

 L’enquête déterminait également que le feu avait pris naissance à partir d’un canapé se trouvant dans les parties communes en étage.

Les auditions de plusieurs adolescents éclaircissaient les conditions du déclenchement du feu et notamment le fait que l’un d’eux âgé de 14 ans avait délibérement mis le feu sur certaines parties de ce canapé  ce qui avait déclenché ensuite une propagation des flammes très importante .

Le parquet de Marseille au vu de l’ensemble de ces éléments a ouvert une information judiciaire à l’encontre de ce mineur inconnu des services de police , déféré ce jour ,  du chef de destruction volontaire par incendie ayant entraîné la mort. Des réquisitions de placement en détention provisoire ont été transmises au magistrat instructeur.

L’enquête se poursuivra dans le cadre de l’information judiciaire

Pour rappel : aux termes de l’article 11 du ce de procédure pénale

« Sauf les cas où la loi en dispose autrement et sans préjudice des droits de la défense, la procédure au cours de l’enquête et de l’instruction est secrète

Toute personne qui concourt à cette procédure est tenue au secret professionnel dans les conditions et sous les peines des articles 226-13 et 226-14 du code pénale

Toutefois afin d’éviter la propagation d’informations parcellaires ou inexactes ou pour mettre fin à un trouble à l’ordre public, le procureur de la République peut d’office et à la demande de la juridiction d’instruction ou des parties, rendre publics des éléments objectifs tirés de la procédure ne tirant auune appréciation sur le bien fondé des charges retenues conrte les personnes mises en cause « 

 

 

Communiqué de presse du parquet de Marseille