Temps forts

Marignane. Deux braqueurs jugés pour avoir tué un retraité

  • Justice
  • 12/01/2016 à 11h53
  • 02:26
R. Chape R. Chape
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Deux braqueurs sont jugés à partir de mercredi aux assises des Bouches-du-Rhône pour avoir tué un retraité d'Air France qui s'était lancé à leur poursuite et avait tenté de les arrêter après le hold-up d'un bar-tabac, à Marignane en 2013.

Marouen Rezgui et son complice Ouadah Bouabdellah encourent une peine de réclusion criminelle à perpétuité pour "vol avec violence ayant entraîné la mort" du sexagénaire qui les avait renversés volontairement en voiture, avant de se battre avec eux pour s'emparer de leur fusil et d'être finalement abattu.

La mort de cet homme, Jacques Blondel, 61 ans, le 22 août 2013, avait suscité une vive émotion à Marignane, où 2.000 habitants s'étaient rassemblés pour rendre hommage à celui qu'ils avaient appelé le "héros" de la ville. Les drapeaux avaient été mis en berne.

Alors ministre de l'Intérieur, Manuel Valls avait salué son "courage". "Ce qu'il a fait, c'est un acte d'une très grande bravoure, une force qui doit imposer le respect (...), un acte qu'il a malheureusement payé de sa vie", avait-il déclaré.

L'un des malfaiteurs, Marouen Rezgui, 18 ans à l'époque, avait été arrêté le jour même. Son complice avait été interpellé après un mois de cavale, et avec l'appui des policiers de la BRB, spécialistes du grand banditisme.

Les deux hommes, aujourd'hui âgés de 21 et 25 ans, ont reconnu les faits mais ont assuré ne pas savoir que le fusil qu'ils avaient emporté pour braquer le bar-tabac était chargé. Leur butin, ce jour d'août, s'élevait à 3.400 euros de cartouches de cigarettes et 6.000 euros en liquide.

C'est en remontant sur leur scooter pour prendre la fuite que les deux hommes avaient croisé la route de Jacques Blondel. Apercevant leur fusil, le retraité, qui rentrait avec sa femme et sa petite-fille de 15 mois d'une journée à la plage, avait percuté leur deux-roues pour tenter de les arrêter.

Il avait ensuite bondi de sa voiture et s'était lancé à la poursuite des voleurs, en faisant chuter un à terre et s'emparant de son fusil. Une lutte s'était engagée, le malfaiteur avait repris l'arme puis tiré à deux reprises sur le sexagénaire, qui tentait de l'empêcher de fuir vers son complice.

Le tireur, Marouen Rezgui, jeune adulte en décrochage scolaire, a déjà été condamné à trois reprises et est "fasciné par le banditisme" selon l'un de ses éducateurs. Il a assuré ne jamais avoir voulu tuer et avoir agi dans la panique, et après avoir bu.

Aucun élément n'a permis aux juges de considérer que son complice Ouadah Bouabdallah l'avait incité à tirer, mais il est lui aussi poursuivi pour le même crime.

AFP