Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Pollution: l'usine de pâte à papier de Tarascon devant la justice

  • Justice
  • 20/09/2020 à 10h36
  • 01:53
M. Danloy M. Danloy
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Entendu sur Maritima radio,la justice se penchera mardi sur la pollution atmosphérique générée par une usine de pâte à papier de Tarascon propriété d'un grand groupe indonésien, dénoncée par ses riverains depuis des années mais jamais sanctionnée

Fibre excellence, entreprise d'Asia Pulp and Paper, est renvoyée devant le tribunal correctionnel pour "émission de substance polluante", notamment des métaux lourds et des gaz oxydes d'azote. L'usine est classée "Seveso" en raison de sa dangerosité potentielle.

Fibre Excellence devra aussi répondre d'"exploitation d'une installation classée non conforme", "exploitation d'équipement sous pression malgré un contrôle ayant conclu à leur non conformité" et "exploitation d'une installation classée autorisée sans respect des règles générales et prescriptions techniques".

Depuis son installation dans les années 1950 à Tarascon, les habitants de la région, jusqu'à Arles, à près de 20km au Sud, sont habitués aux odeurs de gaz, d'oeuf pourri, en provenance de l'usine, témoigne un rapport de l'organisme de surveillance de la qualité de l'air Atmosud. Le site a aussi connu plusieurs incendies de copeaux de bois.

Une école privée, voisine de Fibre Excellence, est parmi les plus impactées. Atmosud y a installé un capteur qui a relevé, en 2018, "un niveau moyen en particules en suspension PM10 parmi les plus élevés par rapport à d'autres lieux de mesures des environs ou du département".

"Cet outil de production ne peut pas fonctionner dans les normes de production françaises et européennes", assène Philippe Chansigaud, président de l'Association de défense de l'environnement rural (Ader), qui estime que "la problématique environnementale de cette usine est lourde".

C'est suite aux plaintes de riverains que la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (Dreal) a contrôlé Fibre Excellence, établissant "un non-respect d'un certain nombre de réglementations", selon une source judiciaire.

Pour Philippe  Chansigaud, "le problème c'est qu'ils ont continué à polluer". "La préfecture des Bouches-du-Rhône a prononcé une palanquée de mises en demeure" contre l'entreprise, "mais jamais suivies de sanctions", dénonce-t-il.

La section de recherches de gendarmerie de Marseille a été saisie en 2016 d'une enquête préliminaire, qui a débouché sur un renvoi devant le tribunal correctionnel de l'entreprise.