Temps forts

H. Rehabi (Adevimap) : "Les pouvoirs publics sont trop indulgents face aux risques industriels"

c. lips c. lips
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

La publication d'un rapport sénatorial sur la catastrophe de l'usine chimique de Lubrizol à Rouen remet sur le devant de la scène la question du risque industriel auquel les habitants du golfe de Fos sont particulièrement exposés. Rien qu'autour de l'étang de Berre, on compte en effet 40 sites classés Seveso

Le rapport pointe du doigt les défaillances de l'État et du gouvernement dans la prévention des risques industriels et chimiques et notamment l'absence d'informations sur la nature des produits qui ont brûlé pendant plusieurs jours et dégagé un panache de fumée long de 22 km. "On est incapable aujourd'hui de dire ce que les salariés et les riverains ont respiré, s'insurge Houssine Rehabi, vice-président de l'Adevimap (association de défense des victimes de maladies professionnelles). L'indemnisation de ces victimes sera impossible." 

Cette défaillance des pouvoirs publics se traduit aussi, selon lui, par un manque de moyens humains et financiers de l'Inspection du travail, chargée de contrôler les installations industrielles, et par une forme d'indulgence vis à vis des pollueurs.

Regardez l'entretien que nous avons réalisé avec Houssine Rehabi, le vice-président de l'Adevimap.