Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Martigues: mobilisation contre la fermeture d'une classe à Canto-Perdrix

Martigues: mobilisation contre la fermeture d'une classe à Canto-Perdrix

1/1

Martigues: mobilisation contre la fermeture d'une classe à Canto-Perdrix

S. André S. André
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

C'est une maman en colère, soutenue par de nombreux parents, qui lance cette pétition en ligne. Cindy Sanchez se révolte contre la fermeture d'une classe, à la rentrée prochaine dans l'école primaire de sa fille, à Canto-Perdrix. En mars, tous les établissements (primaires, collèges et lycées) de France, mais aussi les fédérations de parents d’élèves et les communautés éducatives, ont appris le montant de la DHG (dotation horaire globale), que l'Éducation nationale va leur attribuer pour l'année 2022/2023. La DHG, c'est une enveloppe de nombre d’heures d’enseignement qui s’ajuste, d’année en année, selon différents calculs et critères (dont le classement des établissements par l'Éducation nationale). Pour beaucoup d'établissements, comme celui de Canto-Perdrix ou encore le collège Gérard Philipe, à Martigues, cette dotation est en baisse: " Nous sommes dans un quartier où de nombreux logements, après des travaux de réhabilitation, vont être de nouveau mis à la location. Ces derniers jours, notre école a réçu dix nouvelles demandes d'inscription. Et cela ne fait que commencer. Les classes vont être surchargées. Il faut savoir qu'une classe a déjà été fermée en 2020. Nous avons rencontré l'élue à l'éducation, Annie Kinas qui comprend et soutient notre position. Nous avons aussi essayé de rencontrer l'inspectrice académique mais sans résultat. Alors, nous passons par un autre biais! "

Cet autre biais, c'est la mise en ligne d'une pétition: https://www.mesopinions.com/petition/enfants/fermeture-classe-ecole-canto-perdrix-martigues/177735/soutenir#main-block

"La fermeture d'une classe aura pour conséquence des classes surchargées, jusqu'à 28 élèves, la réduction du temps individualisé, la réduction du temps consacré aux élèves en difficulté et une qualité d'enseignement précaire déjà mise à mal depuis deux ans par la crise sanitaire. Afin de garantir et de défendre la réussite de tous les enfants dans un cadre pédagogique serein et épanouissant, nous demandons à l'inspectrice de l'éducation nationale de prendre en considération notre demande et de maintenir les classes actuelles." Conclut Cindy Sanchez qui appelle à la mobilisation le jeudi 19 mai, à 16 h 20.

Un représentant départemental de la FCPE, la Fédération des Conseils de Parents d'Elèves, sera présent à cette occasion.