Temps forts

Gare de triage de Miramas : le combat avance

J. Darras J. Darras
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Aujourd’hui, le triage de Miramas est de nouveau menacé, le maire Frédéric Vigouroux repart au combat aux côtés des syndicats et des cheminots. Il vient de cosigner avec le Député Pierre Dharréville, une lettre adressée à Jean-Pierre Farandou, Président directeur général de la SNCF, pour solliciter une entrevue concernant l’avenir du triage à Miramas


À l’heure de la mise en œuvre des dispositions issues de la Loi d’Orientation des Mobilités, votée en décembre dernier qui vise notamment à doubler la part du transport ferroviaire de marchandises en France d’ici 2030, Frédéric Vigouroux multiplie les interventions et les contacts auprès de toutes les autorités locales et nationales.


Il sollicite le soutien des députés, Préfet de Région, Présidents des exécutifs départementaux et régionaux afin de faire avancer le dossier du transport ferroviaire de marchandises, une évidence depuis la crise sanitaire, et d’investir dans la gare de triage de Miramas à l’entrée de la Métropole Aix-Marseille Provence, de la Région Sud et de la Méditerranée.


Autant d’actions qui font suite à la mobilisation du Préfet et de la Région Sud à l’été 2019 pour le devenir de la gare de triage de Miramas et celle collective des 19 maires concernés par le devenir du FRET ferroviaire et de l’opérateur historique sur notre territoire.


Rappelons que notre gare de triage, nœud ferroviaire historique majeur en France (15% du fret national), est un équipement industriel performant, écologique (1 train, 30 wagons = 60 camions évités), créateur d’emplois et de développement économique.

(communiqué ville de Miramas)