Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Coronavirus: ArcelorMittal va suspendre sa production d'acier

Coronavirus: ArcelorMitall va suspendre sa production d'acier

1/1

Coronavirus: ArcelorMitall va suspendre sa production d'acier

S. André S. André
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Le producteur d'acier ArcelorMittal a annoncé son intention de mettre à l'arrêt la totalité de ses installations. Depuis le 23 mars, le principal employeur de la zone industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer a réduit le nombre de ses salariés sur le site et son activité. Ne fonctionnent qu'un seul haut fourneau et un convertisseur : «  Notre première priorité est de protéger le personnel, explique la direction. Notre action se concentre sur toutes les personnes encore en activité sur le site, où nous avons mis en place un ensemble de mesures de protection. C'est à la fois pour protéger le personnel et pour nous adapter au ralentissement économique. » La seconde priorité est aussi pour la société de protéger son outil industriel dans ce contexte de crise sanitaire et économique. Rappelons que 60% de ses exportations se concentrent sur l'Italie et l’Espagne, deux pays fortement touchés par le coronavirus : « Notre industrie ne peut pas être mise à l’arrêt simplement, ajoute le sidérurgiste. Nos installations, en particulier la cokerie et le deuxième haut fourneau nécessitent des précautions et des procédures spécifiques, pour pouvoir les redémarrer dans le futur. La mise en place de ces opérations prendra quelques semaines. En effet, des fours de Cokerie non maintenus en chauffe ont une durée de vie de quelques jours, aussi nous devons mettre en place une solution de maintien en chauffe des fours. Cette solution existe ailleurs, elle va être mise en place à Fos, mais cela ne peut être immédiat. Ces quelques semaines permettront aussi de procéder à un arrêt temporaire du haut-fourneau numéro 2 dans les meilleures conditions. »

Du côté des syndicats, des interrogations se posent. La première concerne le calendrier prévisionnel qui a été présenté, avec la continuité d’une activité significative de la production et des expéditions avant l’arrêt complet du site: "Ce qui nous inquiète, estime le représentant cégétiste, Sandy Poletto, c'est qu'ils nous disent qu'il y a encore pour 6 à 10 semaines de travail, le temps d'honorer les dernières commandes et qu'ensuite ce sera l'arrêt total. Ce qui nous choque, c'est que les salariés vont être exposés au plus fort de l'épidémie pour produire de l'acier qui n'est pas essentiel à la vie de la Nation et lorsque l'épidémie sera derrière nous, on sera en arrêt total. Ce qui signifie de longs mois d'arrêt et du chômage pour les salariés. C'est une façon de faire payer les conséquences de la crise par l'Etat et donc par les contribuables." La deuxième interrogation se pose sur les conditions du redémarrage qui doivent faire l'objet d'études précises et sur la date, non avancée par ArcelorMittal, à laquelle il sera opéré. La direction annonce un arrêt total de la phase à chaud, c’est au-delà de ce que demandait la CGT qui conseillait "une marche au minimum technique". Ces mesures pourraient cacher une stratégie, selon le syndicat, celle d'une restructuration du site.