Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Le monde de Kaleb : un conte de fée... réel

  • Culture
  • 17/11/2022 à 19h20
  • 01:44
M. Montagne M. Montagne
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

L'un, Robert Guédiguian, est le producteur, l'autre, Vasken Toranian, est le réalisateur. 
En dépit de leur patronymes respectifs, les deux hommes n'ont pas uni leur envie commune de cinéma autour d'un "sujet arménien", bien que cette cause soit naturellement et profondément enracinée en chacun d'eux.
Mais leur film, le Monde de Kaleb raconte une histoire tellement universelle qu'elle rend hommage à tous ceux qui ont dû, un jour, renoncer à leur terre et survivre avec cette déchirure.
Elle, elle s'appelle Betty, elle a fui l'Ethiopie avec Kaleb, son petit garçon, et se retrouve à travailler à Paris, femme de ménage en situation irrégulière.
Une histoire qui en rappelle tant d'autres, sauf qu'un jeune réalisateur, Vasken, a décidé d'en faire un film.
Car à Paris, le petit Kaleb va faire la connaissance de Jean-Luc et Mehdi, deux copains, eux-mêmes d'âges et d'origines différentes, qui vont devenir peu à peu comme ses père et grand frère de substitution et former, avec Betty... une vraie famille.



Le Monde de Kaleb était récemment à l'affiche du cinéma le Méliès de Port-de-Bouc à l'occasion d'une séance spéciale en présence de Robert Guédiguian, cette fois venu en tant que producteur, et du réalisateur Vasken Toranian, lequel nous a accordé une interview (voir vidéo)
A retrouver également les réactions, à l'issue de la projection, de Nadine accompagnée de sa copine Rina, deux spectatrices port-de-boucaines

(précision : dans l'interview, à titre d'illustration des propos, il est fait référence à une chanson de Renaud dont les paroles exactes s'avèrent être "On choisit ses copains mais rarement sa famille..."
(Mon beauf).
"On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille..." étant extraites, elles, d'
Être né quelque part, le tout aussi fameux titre de Maxime Le Forestier)

 
Et si vous souhaitez le découvrir, deux séances à ne pas rater, à Marseille, cours Julien, au cinéma la Baleine, le samedi 19 novembre à 19h30 et le samedi 26 à 17h