Temps forts

Le Maire de Martigues réagit au couvre-feu imposé dans la métropole

D. Gesualdi D. Gesualdi
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Gaby Charroux vient de publier ce communiqué : « Suite aux annonces hier soir de Monsieur le Président de la République, un nouvel arrêté préfectoral impose à Martigues et aux 89 autres communes de la métropole Aix-Marseille-Provence un confinement nocturne de 21h00 à 6h00 du matin

Comme d’habitude aucune concertation avec les maires et, encore une fois, précipitation entre une annonce centralisée télévisée et une décision unilatérale d’application de mesures.

Et, comme d’habitude, le flou le plus total et une véritable incompréhension de voir sa ville basculer d’une situation maîtrisée…à une situation dite du pire.

Que le confinement nocturne soit une étape supplémentaire décidée pour les villes qui sont dans les zones d’alerte maximale, cela peut s’entendre.

Mais, comment expliquer que la Ville de Martigues qui avait et respectait les mesures de restriction imposées, passe tout d’un coup à une situation extrême ?

Comment peut-on imaginer que des petites villes comme Mimet ou des villes moyennes comme Martigues soient traitées comme Marseille ou Aix ?

Comme depuis le début de la crise sanitaire, l’absence totale de concertation avec les élus locaux poussent à des prises de décisions qui manquent de discernement, qui manquent de graduation et qui auront des conséquences catastrophiques pour l’économie locale et bien au-delà.

Et comme on ne prend pas le temps de discuter avec les maires et donc de discuter avec moi, je considère que l’État n’a pas besoin des moyens publics de la commune. Par conséquent, je ne demanderai pas aux agents de la police municipale de faire respecter ces décisions. Le Préfet et la police nationale devront assumer cette position. 

Et pour finir, je souhaite aussi faire part de mon désarroi et de mon inquiétude face aux manques de moyens humains et logistiques de la France dans le combat contre cette épidémie. Cela pouvait s’entendre, éventuellement se comprendre en mars mais plus aujourd’hui »