Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Salon-de-Provence : la démolition d'un immeuble des Canourgues entre nostalgie et espérance

Salon-de-Provence : la démolition d'un immeuble des Canourgues entre nostalgie et espérance

1/1

Salon-de-Provence : la démolition d'un immeuble des Canourgues entre nostalgie et espérance

R. Reponty R. Reponty
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Avec ses 200 appartements construits dans les années 1960 l'immeuble Saint-Norbert va céder la place à un projet de santé publique.

 Zohra ancienne habitante du Saint-Norbert
 Nicolas Isnard maire de Salon-de-Provence
 Lionel Royer-Perreaut président de 13 Habitat

Dans le fracas du béton broyé les murs du grand immeuble en forme de " U " sont grignotés morceau après morceau par la pince mécanique d'un engin de chantier. C'est une vision difficile à supporter pour Zohra qui a vécu ici 20 ans et habite maintenant à deux pas dans un autre bâtiment de 13 Habitat, le bailleur social du département. « Franchement ça fait mal au cœur. Ça me touche parce que j'ai des souvenirs là. J'ai élevé mes 4 enfants ici et j'y ai perdu mon mari aussi. Même les murs et les fenêtres ça raconte une histoire. Il y avait une bonne ambiance ici. » Cité chaleureuse à ses débuts dans les années 1960, le lieu s'est, peu à peu, transformé ces dernières années en point chaud pour tous les trafics.

Le mur des dealers

En visite de chantier, Nicolas Isnard, le maire de Salon-de-Provence s'arrête devant un mur sur lequel les dealers avaient peint en lettres géantes les tarifs des drogues à la vente ici. « Ce mur est le symbole du pourquoi nous ne voulions plus ce genre d'ensemble immobilier qui était devenu au fil du temps des espaces de non droit et des espaces d'habitat indigne et dégradé, explique le premier magistrat salonais. On ne peut plus accepter que des gens vivent dans de telles conditions. » Il aura fallu 6 ans à 13 Habitat pour reloger les familles qui vivaient ici et dont certaines, comme celle de Zohra, habitent aujourd’hui juste à côté, dans les immeubles Les jardins de Craponne, gérés aussi par le bailleur social du département. Ces bâtiments suivent en ce moment des travaux de rénovation pour une meilleure isolation thermique. 13 Habitat a vendu le terrain du Saint-Norbert pour laisser la place à un projet de pôle de santé publique porté par la municipalité de Salon. « Par nature, lorsqu’on démoli il y a toujours un pincement au cœur et un côté nostalgique, concède Lionel Royer-Perreaut, le président de 13 Habitat, mais l’histoire des villes s’inscrit justement dans leur capacité à se régénérer et donc aujourd’hui on laisse la place pour une activité de santé et en même temps on crée de l’activité économique. C’est ce dont ont besoin les villes aujourd’hui. Et je trouve que le choix fait par le maire de Salon et sa municipalité, de mixer les usages, est quelque chose de prometteur pour le territoire. »

Une immense avancée 

Dans 2 ou 3 ans, en lieu et place du Saint-Norbert, l’immeuble en forme de " U ", on devrait trouver ici un vaste espace de santé publique avec notamment une clinique de 115 lits, des praticiens, une pharmacie… situés dans un quartier, Les Canourgues, où se concentre près d’un quart des habitants de Salon. « C’est une nouvelle extraordinaire pour Salon, s’exclame son maire, Nicolas Isnard, ça voudra dire des emplois, ça voudra dire des soins mais ça voudra dire aussi qu’on pourra désormais se faire soigner à Salon pour des pathologies particulières alors que jusqu’à présent pour se faire soigner pour ces mêmes pathologies il fallait faire des dizaines de kilomètres. Donc, c’est pour le territoire du Pays Salonais une immense avancée que nous sommes en train de vivre et de constater tous ensemble. »

8 000 tonnes de gravats

D’un budget de près de 9 millions d’euros, financé par l’ANRU (Agence nationale de rénovation urbaine – 6,5 millions d’euros), 13 Habitat (2,5 millions d’euros), la métropole Aix Marseille Provence et la ville de Salon-de-Provence, le chantier de démolition du bâtiment Saint-Norbert devrait durer encore quelques semaines. En tout, ce sont pas moins de 8 000 tonnes de gravats de béton qui vont être tombés, déblayés et traités sur un site spécialisé à Charleval. Après avoir été débarrassé des fondations du vieux bâtiment, ce sera au mois de mai que le terrain propre et nu devrait pouvoir accueillir les géomètres du projet de pôle de santé publique.

En vidéos : les interviews de Zohra, ancienne habitante du Saint-Norbert, de Nicolas Isnard, maire de Salon-de-Provence et de Lionel Royer-Perreaut, président de 13 Habitat.

(Interviews et images : Rémy Reponty pour Maritima médias.)