Temps forts

Nettoyage post-incendie : le bois de Carro renait de ses cendres

Nettoyage post-incendie : le bois de Carro renait de ses cendres

1/1

Nettoyage post-incendie : le bois de Carro renait de ses cendres

M. Montagne M. Montagne
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Ils étaient 80 à s'être donné rendez-vous ce matin à Carro pour passer au peigne fin la zone boisée détruite par l'incendie de l'été dernier et en extirper tous les déchets laissés par les promeneurs incivils, déchets récents comme antérieurs au sinistre.

 Les Carrosséens et les services de la ville
 Les jeunes répondent présent
 Une Marseillaise à la rescousse
 L'archéologie des vieux déchets
On s'en souvient, Carro avait fait partie des endroits sévèrement touchés par les incendies en série l'été dernier. Les habitants du village martégal avaient été traumatisés, certains pensaient y perdre leur domicile, et les Martégaux en général, blessés par la destruction d'un de ces magnifiques lieux de promenade comme le territoire sait en offrir, il était justement le carrefour de plusieurs sentiers de randonnée.
Depuis, le moral est revenu en même temps que la nature reprend ses droits, le site a reverdi, les fleurs poussent mais les flammes, en rasant la végétation, ont mis en lumière les déchets abandonnés là depuis des années ainsi que ceux jetés, depuis, par des personnes qui croient qu'un lieu incendié ne mérite pas d'égards.
C'est la raison pour laquelle différents services de la ville : celui du parc de Figuerolles et du littoral, les espaces verts, le développement des quartiers, la maison de Carro évidemment, ont initié le nettoyage du site autour de l'ancienne station d'épuration. Et les volontaires ont répondu présent, et en nombre - plus de 80 ! - habitants du village en premier lieu mais aussi Martégaux du centre-ville avec mention spéciale pour les associations de randonnée comme SLC et RSD. Et même une Marseillaise amoureuse de Carro, encore très émue par les conséquences de l'incendie et venue spécialement pour aider à la renaissance du lieu.
Et très vite, les sacs poubelles - fournis par le service de la propreté urbaine avec gants et pinces - se remplissent de déchets divers, des plus récents jusqu'aux vestiges de la dernière guerre mondiale qui jonchent le pourtour d'un ancien blockhaus, divers flacons ou fioles pharmaceutiques au design vintage qui trahit leur âge et qui créent parfois une forme d'émotion chez les ramasseurs.


En vidéo, les interviews de Jérôme Francisci, directeur adjoint du parc de Figuerolles et du littoral ainsi que des Carrosséens Michèle Fouque, Walter Schmald et Marc Le Coz. Également la réaction des jeunes qui se sont mobilisés à l'image de Léa Colonna de Lavéra ou de Manon et Thomas Gimenez du centre-ville. L'interview très émouvante d'Edith Chapel, une Marseillaise venue spécialement donner un coup de main et enfin, la vision "archéologique" des déchets par l'une des bénévoles.

(images, montage et et interviews : Michel Montagne / Maritima Medias)