Temps forts

Martigues : le conseil municipal entièrement filmé en 2015

Reflets, le magazine de Martigues consacre une pleine page à l'action de Marie-Louise Maitrerobert

1/2

Reflets, le magazine de Martigues consacre une pleine page à l'action de Marie-Louise Maitrerobert

Dernier conseil municipal martégal 2014

2/2

Dernier conseil municipal martégal 2014

F. Verpalen F. Verpalen
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Un record, ce soir : 100 points à l'ordre du jour sans, pour autant, de débat marquant. C'était sans compter les réactions de l'opposition, Jean-Luc Di Maria a, une nouvelle fois, multiplié les interventions.

 L'intégralité des deux déclarations de Gaby Charroux, député-maire de Martigues
Le député-maire Gaby Charroux a tenu à faire deux déclarations en début de séance, l'une reprenant le même scepticisme évoqué la veille lors du conseil communautaire de la CAPM au sujet de la future métropole. Il doute face aux paroles tenues par le Premier ministre lors de sa rencontre avec les maires opposés au projet gouvernemental et attend des actes : “Si je veux continuer à croire qu'une porte s'est ouverte à l'occasion de la rencontre de mardi entre les présidents d'intercommunalités et le 1er ministre autour du projet que nous portons, nous, les élus des Bouches-du-Rhône, les va-et-vient incessants que nous vivons par médias et déclarations publiques interposés ne sont franchement plus acceptables.” a-t-il notamment déclaré. La seconde prise de parole de Gaby Charroux faisait écho à l'ajournement du conseil municipal d'Istres la veille suite à la demande du Front national de filmer les séances, demande refusée par François Bernardini. À Martigues, dès 2015, les conseils municipaux seront filmés a assuré le premier magistrat. Une autre polémique a été éteinte : à l'occasion d'une délibération sur les parkings du centre ville, l'élu d'opposition Jean-Luc Di Maria a évoqué le déplacement du marché du parking Général Leclerc vers le nouveau cours du 4 septembre. Un quotidien régional avait souligné l'opposition des forains à ce projet, le maire a simplement précisé qu'une simulation était en cours dont les résultats seront connus début 2015 et qu'alors seulement une rencontre avec forains et commerçants du centre-ville aurait lieu.

Autres points à l'ordre du jour, notamment, la Régie funéraire municipale obligée d'augmenter ses tarifs, le prochain Salon des jeunes, la future ouverture de la nouvelle crèche de la Navale, plus exactement le multi-accueil collectif Marie-Louise Maîtrerobert, du nom de la créatrice de la première crèche à Martigues boulevard du 14 juillet, ou encore de la souplesse donnée à l'aide à la rénovation des devantures des commerces, les sujets étaient nombreux mais ne suscitaient pas vraiment la polémique.
Pour la régie funéraire, elle doit faire face aux impacts financiers conséquents des évolutions de la règlementation, comme la mise aux normes des émissions de fumées du crématorium et des augmentations des prix des matières premières et des charges incompressibles. Sur la période 2009/2014, les charges ont augmenté de 63% pour la régie des pompes funèbres et de 48% pour celles du crématorium. Il faut donc augmenter des tarifs et développer l’activité pour garantir les équilibres économiques des deux régies. Il est à noter que selon une enquête réalisée par « Que Choisir », les tarifs de la Régie des Pompes funèbres de Martigues sont inférieurs à ceux des concurrents privés dans des proportions comprises entre 40 et 80%. Ils se situent également dans la fourchette la plus basse des prix pratiqués sur les 8 crématoriums les plus proches.
Une subvention a également été accordée aux commerçants du centre-ville de Jonquières pour les animations de fin d'année afin de renouveler l'installation d'une patinoire et mettre en place une piste de luge et un manège, sur le Cours du 4 Septembre, du 20 décembre au 4 janvier, de 10 à 19 heures.
D'autre part, pour permettre de meilleures conditions de travail et d’accueil du personnel et des adhérents d’Eugénie Cotton, la Ville a décidé de déplacer la Maison de quartier dans la rue du Colonel Denfert dans l’ancien Musée d’art et de traditions. D’importants travaux ont été déjà réalisés en 2011 et 2012 dans ce bâtiment datant du XVIIème siècle pour adapter le bâti à l’usage du public. Les travaux devraient durer 6 mois au total.

Regardez, en vidéo, l'intégralité des deux déclarations de Gaby Charroux, député-maire de Martigues, en début de séance du conseil municipal.

(Images : Fabienne Verpalen, Maritima médias)