Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Martigues. Tout le monde est bienvenu à la Fête de l'Hospitalité !

De nombreux participants profitent de l'ombre pour écouter les débats en attendant les festivités.

1/1

De nombreux participants profitent de l'ombre pour écouter les débats en attendant les festivités.

R. Chape R. Chape
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Une dizaine de stands, des débats, de la musique et quelques verres de fraternité sont à partager à la Maison des Jeunes et de la Culture de Martigues jusqu'à ce soir. L'occasion de découvrir l'ensemble du réseau de solidarité qui œuvre au quotidien en faveur des réfugiés.

Tous craignent des répercussions dramatiques en cas de retour dans leur pays d'origine, en raison de « leur race, de leur nationalité, de leur religion, de leur appartenance à un certain groupe social ou de leur opinion politique ». C'est ainsi que la convention de Genève de 1951 définit ces « réfugiés », que l'Office français de l'immigration et de l'intégration « confie » aux centres d'hébergement d'urgence de Martigues ou d’ailleurs. Commence alors toute une série de batailles administratives pour faire valoir leurs droits et aboutir leur demande d’asile. L'allocation qui leur due est de 6,80 euros par jour, mais elle met parfois jusqu'à deux mois pour être versée. C'est là que les associations caritatives, très présentes et dynamiques sur la commune, prennent le relais. « Beaucoup de ces personnes venues d'ailleurs sont un peu perdues et ont besoin qu'on les aide à retrouver leur chemin administratif, personnel, et des moyens pour s'intégrer à notre vie locale », explique Georges Fournier, président de la Maison de l'Hospitalité. « Ce que l'on remarque c'est que beaucoup d'entre elles, après avoir bénéficiées de ce réseau associatif, s'y engagent en tant que bénévoles. C'est aussi ce qui fait de Martigues une terre d'accueil, qui ne leur garantit pas forcément une situation régulière mais au moins un petit instant d'humanité dans leur parcours de vie ». Chaque main qui leur est tendue leur donne une occasion de faire un premier pas vers les autres, de rompre l'isolement social, jusqu'à se sentir prêt à participer aux différentes activités, comme les cours de Français donnés par l'ASTI, l'Association de Solidarité avec Tous les Immigres. « Ils sont donnés par des bénévoles tous les lundis et jeudis de 14h à 16h », précise Yamina Boukhetaia, administratrice chargée de l'aide administrative. « Les besoins sont énormes, il nous faudrait encore tellement de bénévoles... Toutes ces personnes qui arrivent, avec des histoires souvent très compliquées, nous considèrent vite comme leur deuxième famille. C'est difficile mais aussi très enrichissant ; on est là pour eux et on les aidera jusqu'au bout ». Pour leur donner un peu de votre temps, de votre énergie, ou ne serait-ce qu'un beau sourire, n'hésitez pas à contacter la Maison de l'Hospitalité de Martigues au 07 86 60 16 91.

Au programme ce soir :
à 18h : Diffusion du court-métrage « Mosaferat », en compagnie des participants de l'atelier « cinéma d'ici et d'ailleurs »
à 19h : Spectacle « Aller-simple » par Les lucioles du Théâtre de la mer.
à 20h : Danses et chants traditionnels de Palestine.
à 21h : concert du Quartet Saramba (musique afro-brésilienne, bossa, reggae).