Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Métropole et grève des éboueurs évoqués au conseil municipal de Martigues

Métropole et grève des éboueurs évoqués au conseil municipal de Martigues

1/1

Métropole et grève des éboueurs évoqués au conseil municipal de Martigues

G. Saucerotte G. Saucerotte
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

La redynamisation du centre-ville et la zoothérapie étaient au coeur du conseil municipal. Dans la perspective de la venue d'E. Macron à Marseille ce vendredi , le maire s'est exprimé sur les propositions qui lui seront faîtes sur le devenir de la Métropole.

En préambule de ce conseil municipal exceptionnellement avancé au jeudi 14 octobre, le maire Gaby Charroux a tenu à prendre la parole sur deux sujets d'actualité. Le devenir de la Métropole qui devrait être évoqué lors de la venue à Marseille d'Emmanuel Macron vendredi 15 octobre et la grève des agents du ramassage dont les revendications sont toujours en cours de négociation. Pour Gaby Charroux : " Certaines compétences doivent rester métropolitaines comme la mobilité, l'économie ou encore l'environnement. En revanche, certaines doivent être déléguées aux communes. L'eau, la collecte des déchets, la gestion des parking ... Ici à Martigues, on peut les assumer. Je sais que cela peut être difficile pour certaines villes, d'où l'intérêt de maintenir l'échelon intermédiaire entre la Métropole et la commune qu'est la conseil de territoire.

Parmi les points marquants: la dynamisation du centre-ville et surtout la mise en place d'une expérimentation d'une médiation animale auprès d'un public précaire.  

La ville s'est ainsi porté acquéreur d'un immeuble situé dans le quartier de L'Île afin d'y "installer, à terme, des logements pour personnes âgées". Sur la plage de Ferrières, la paillote "la cuisine de Zébuline et Zigoto" devrait rester ouverte jusqu'au début du mois de novembre. Les propriétaires des lieux ont, en effet, demandé l'autorisation au conseil municipal d'ouvrir le restaurant tous les midis de 11h à 17h/18h du jeudi au dimanche et tous les jours de 11h à 20h durant les vacances scolaires. Enfin, le parking de l'entrée de ville, situé à proximité du rond-point de la fraternité, sera désormais baptisé espace Henri Gérard, un artiste-peintre, né à Toulouse le 28 avril 1860, et décédé à Martigues le 12 août 1925 à l'âge de 65 ans. Il a fait construire notamment, la Villa Khariessa.

Lors d'un point à propos des sociétés d'économie mixte que la ville gère en partie, la question a été posée à Gaby Charroux sur la Semivim. Un courrier ainsi qu'un article de presse aurait été envoyé aux élus de la ville dénonçant la gestion de cette société. La réponse du maire est claire :" Il a fallu rebâtir la Semivim. Désormais la situation est rétablie. Les comptes de 2019 ont été validés il y a quelques semaines, ceux de 2020 vont l'être. Nous étions dans l'obligation de mettre en place la Loi Elan qui précise qu'un bailleur social doit posséder au moins 12 000 logements. Ce n'était pas notre cas. Nous avons été contacté par la branche logement de la Caisse des dépôts et consignation qui est entrée au capital. S'il y avait vraiment du harcèlement et de la corruption, vous pensez vraiment que la Caisse des dépôts serait rentrée au capital?"

Enfin, la Municipalité a également voté la mise en place de médiations animales avec la ferme pédagogique de Figuerolles. Il s'agit de zoothérapie réputée pour rompre l’isolement, reprendre confiance en soi, se sentir apaisé,  comprendre l’importance de certaines règles ou tout simplement de reprendre goût à la vie.