Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Le centre-ville de Martigues passe en zone 30

Le centre-ville de Martigues passe en zone 30

1/1

Le centre-ville de Martigues passe en zone 30

G. Saucerotte G. Saucerotte
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Comme de nombreuses villes, Martigues veut apaiser la circulation dans ses trois centres-villes. Pour cela, la vitesse sera limitée à 30km/h pour tous les engins motorisés à partir du mois d'octobre. Au final, l'espace public devrait être mieux partagé et plus sûr.

C'est tout cas ce qu'espèrent le maire Gaby Charroux et l'adjoint à la circulation Roger Camoin. En instaurant une vitesse de circulation limitée à 30 km/h, la municipalité poursuit trois objectifs. "On veut apaiser le centre-ville, donner la priorité aux piétons en sécurisant davantage les lieux et surtout faire baisser la pollution", explique l'adjoint. Par pollution, Roger Camoin entend surtout celle liée aux particules fines émises lors du freinage. "Elle est aussi importante que celle des gaz d'échappement, explique-t-il. A la différence, qu'elle concerne vraiment tous les véhicules, y compris ceux électriques." 

Dans cette zone, les piétons seront pleinement prioritaires et plus en sécurité. "Les gens vont moins vite, la distance de freinage est raccourcie en cas de problème. On passe de 29 mètres à 50 km/k à 13 mètres à 30 ! Les chocs sont moins violents en cas d’accrochage. Le champ visuel du conducteur est élargi, le stress des piétons amoindri." Cette baisse de vitesse devrait aussi inciter davantage les automobilistes à emprunter le viaduc autoroutier. Au final, d'ici quelques mois, il devrait y avoir moins de véhicules pour laisser plus de place aux modes doux de déplacement et aux transports en commun. "Cela fait plusieurs mois que l'on interpelle la Métropole pour accroître le nombre navettes dans le centre ville, explique Gaby Charroux, le maire de Martigues. On réfléchit aussi à augmenter les rotations de la navette maritime." Enfin, les vélos devraient également être bien lotis. En effet, selon la réglementation, dans ces zones, les cyclistes peuvent emprunter les voies à contre sens.

Un temps d'adaptation

"Comme les piétons sont prioritaires, les marquages au sol ne sont plus obligatoires, explique Roger Camoin." Pour autant, les marquages resteront, le temps que les automobilistes s'habituent à rouler moins vite. Une habitude qui ne devrait pas être longue à prendre. Selon de récentes analyses, la vitesse moyenne dans le centre-ville de Martigues est de ... 25km/h! Bien en deçà des trente qui entreront en vigueur. "Sur le cours, la vitesse limitée fonctionne très bien de part la configuration spéciale de l'endroit, poursuit Roger Camoin. On a l'impression de rouler sur un grand trottoir. Mais dans les autres rues, ce ne sera pas le cas. La configuration ne va pas changer. Il y aura toujours des trottoirs avec la route au milieu." C'est donc bien les habitudes de conduite qu'il faudra modifier. Pour les y aider, la zone 30 sera marquée. Des panneaux signalétiques sont en cours d'installation et 16 placettes traversantes vont être construites (dans la lignée de celle créé devant le théâtre des Salins!). La police municipale devrait aussi être sollicitée. 

Des risques d'embouteillages? 

"Non, selon l'adjoint. Des études montrent que l'abaissement de la vitesse fluidifie la circulation, elle ne l'arrête pas". Pour cela, encore faut-il que tout le monde joue le jeu. "Le problème sont ceux qui veulent aller trop vite. Par conséquent, ils freinent plus souvent ce qui entraîne des ralentissements derrière." Quand a l'efficacité de l'abaissement de la vitesse sur la sécurité, une étude de l'institut Cerema en montre le bénéfice. Les chiffres de l’accidentologie affichent une baisse des accidents corporels de 25 %. Cela peut atteindre plus de 40 % pour les accidents graves. A noter que l'instauration de ces zones 30 n'est pas une nouveauté à Martigues. Les rues de la République (dans L'Île), le quai des anglais, le quartier de Canto-Perdrix et La Couronne-Carro en sont déjà pourvus.