Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

"Port Maritima René Gaudino" : l'hommage à un Martégal hors du commun

1/1

"Port Maritima René Gaudino" : l'hommage à un Martégal hors du commun

M. Montagne M. Montagne
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Une cérémonie émouvante ce matin au port à sec de Martigues, rebaptisé pour l'occasion "Port Maritima René Gaudino" en hommage à son créateur, grande figure martégale, disparu il y a un an jour pour jour, le 15 avril 2020,

 Le maire Gaby Charroux
 Josette la compagne, Annie la cousine et Max l'ami
 Gérard Frau, conseiller départemental et adjoint au maire
 Marc-Emmanuel Quirouard-Frileuse et Véronique Tourrel-Clément de l'UPACA

Il est des vies plus faciles à résumer que celle de René Gaudino tant ce dernier a été un véritable touche-à-tout : urbanisme, tourisme, nautisme, football, festivités, il n'y a pas beaucoup de domaines de la vie d'une commune dans lesquels ce natif de Martigues n'ait pas été acteur. 
Directeur pendant 20 ans de la Semivim, la Société d'économie mixte immobilière de la ville de Martigues, il initie des aménagements urbains dans les quartiers des Capucins et de Paradis-Saint-Roch. 
Après avoir été l'instigateur du réaménagement des bassins de Martigues - d'abord du port de Carro en 1976, de Ferrières en 1978 et de l'Île et Jonquières en 1980 - il lance en 1982 la création du premier port à sec du littoral - le plus grand d'Europe - Port Maritima, qui porte aujourd'hui son nom. Une infrastructure créée de toutes pièces par à ce visionnaire qui a pu compter sur le soutien inconditionnel de son équipe de départ - au sein de laquelle on se doit de citer William Méret et Lucien Colpaert - ainsi que l'appui du chantier naval de "Poopy" Marçon.
Suite logique, il sera à la fondation de l'UPACA, Union des ports de plaisances de Provence-Alpes-Côte d'Azur et de Monaco qui compte aujourd'hui 137 sites. Il en assurera la présidence de 2001 à 2018 et deviendra vice-président de la Fédération Française des ports de plaisance.  
Mais pouvait-il en être autrement tant l'homme était lié à la mer, comme le rappelait le maire de Martigues Gaby Charroux dans son discours : "Ce natif de l’Île, qui voyait d’ailleurs dans ce quartier l’épicentre du futur développement touristique de notre Venise Provençale, a su initier des projets d’envergure qui ont contribué au rayonnement et à l’essor de Martigues.
Son héritage familial le prédestinait à se tourner vers la mer et le nautisme. Depuis sa plus tendre enfance, et comme il aimait le rappeler, René fut bercé par la culture maritime.
Quoi de plus naturel pour ce petit-fils d’un pêcheur martégal et fils d’un charpentier de marine, puis responsable aux chantiers et ateliers de Provence de Port-de-Bouc, chantier naval où René débuta d’ailleurs sa très riche carrière professionnelle ?" On peut dire qu'il était l'enfant d'une terre et d'une mer natales, Martigues et la Méditerranée. 
Premier directeur de la Semovim, cette société d'économie mixte principalement dédiée aux équipements et activités touristiques, il s'occupera notamment d'organiser des manifestations nombreuses et variées dont celle qui le remplissait de fierté et qu'il chérissait, les Sardinades, cet événement populaire créé à l'origine pour soutenir des pêcheurs professionnels en difficulté et qui a connu un succès qui ne s'est jamais démenti.

En vidéo, les réactions du maire Gaby Charroux ; de Josette Marino la compagne de René Gaudino, d'Annie Maunier sa cousine et de son vieil ami Max Chancel ; du conseiller départemental et adjoint au maire Gérard Frau ; ainsi que de Marc-Emmanuel Quirouard-Frileuse et de Véronique Tourrel-Clément, respectivement président et déléguée générale de l'UPACA