Temps forts

Martigues. Une glacière du 17ème siècle découverte sur le Bd du 14 Juillet (vidéo)

Martigues. Une glacière du 17ème siècle découverte sur le Bd du 14 Juillet (vidéo)

1/2

Martigues. Une glacière du 17ème siècle découverte sur le Bd du 14 Juillet (vidéo)

Martigues. Une glacière du 17ème siècle découverte sur le Bd du 14 Juillet (vidéo)

2/2

Martigues. Une glacière du 17ème siècle découverte sur le Bd du 14 Juillet (vidéo)

G. Saucerotte G. Saucerotte
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

A l'occasion du projet d'agrandissement du musée Ziem, des fouilles ont été menées. Une glacière du 17ème siècle découverte par le service archéologie de la Ville.

 Martigues. Une glacière du 17ème siècle découverte sur le Bd du 14 Juillet (vidéo)
On connaissait son existence, mais personne ne savait à quoi elle ressemblait. Une partie d'une immense glacière de 5m de diamètre et datée de 1687, vient de revoir le jour dans le jardin de la maison jouxtant le musée Ziem. "Ce n'est qu'un cinquième de la superficie totale, confie Jean Chausserie-Laprée, archéologue. Une partie se situe sous le boulevard du 14 juillet et une autre sous la crèche." Pour l'heure, a été mis à jour, le puits de la glacière, la voûte supérieure ayant été détruite lors de la construction du boulevard. "Elle servait à stocker de la glace qui provenait peut-être d'Arles, peut-être de plus loin, explique Hélène Marino, attachée de conservation au service archéologique. Ce qui est sûr, c'est que l'on pouvait également en fabriquer ponctuellement car les conditions météos à la fin du 17ème siècle le permettaient. On surnommait cette période la petite aire glacière."  
Cette glacière, qui abritait à l'époque de la glace destinée à une utilisation médicale ou tout simplement à rafraîchir les boissons et créer des sorbets, devrait voir une autre partie de sa structure mise à nu lors de la destruction de la crèche. "Cette découverte ne remet pas du tout en cause la future extension du musée Ziem, rassure l'attachée. Au contraire même! Simplement maintenant, les architectes et le conservateur devront réfléchir à l'intégration de cet élément du patrimoine dans le projet." 

(Images Rémy Reponty)