Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

De jeunes retraités recrutés pour sécuriser les abords d'écoles marseillaises

M. Chaix M. Chaix
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

C'est un tout nouveau dispositif qui répond à des enjeux de sécurité routière. Dans plusieurs zones accidentogènes, une vingtaine de séniors font traverser les enfants et parents aux entrées et sorties des écoles. Un système gagnant-gagnant

La phase de recrutement a démarré cet été. En plus de la présence policière et de médiateurs sociaux, la Ville de Marseille a lancé un tout nouveau dispositif. De jeunes retraités volontaires sont employés comme vacataires pour sécuriser l'entrée et la sortie des écoles. Ils répondent ainsi à des enjeux de tranquillité publique. "Ils sont pour l'heure une vingtaine dans toute la ville, et nous espérons en recruter encore une soixantaine d'ici la fin de l'année", explique Yannick Ohanessian, l'adjoint au maire en charge de la sécurité.

Ces jeunes séniors ont été recrutés via des centres sociaux ou des CCAS, et peuvent directement postuler depuis le site de la Ville de Marseille. Plusieurs formations sont nécessaires avant de démarrer : notamment une portant sur la sécurité routière, une autre sur les premiers secours et enfin une formation au protocole Covid-19 assurée par le Bataillon des marins-pompiers de Marseille.

Avoir moins de 70 ans, et être en forme

Pour candidater, un certain nombre de critères sont requis. Il faut avoir moins de 70 ans, être retraité, percevoir le minimum vieillesse et jugé apte par un professionnel de santé. Le contrat est de 24/h par mois, et la rémunération fixée au taux horaire du SMIC. La mission est simple : "Vêtu(e) d'une chasuble de couleur jaune fluorescent, d'un sifflet et d'un panneau siglé "STOP ÉCOLE", vous assurerez la sécurité de la traversée des écolières et des écoliers sur les passages piétons aux abords des écoles élémentaires publiques aux heures d’entrée et de sortie des classes" détaille le site de la Ville de Marseille.

"C'est un système gagnant-gagnant, cela permet à de jeunes retraités de servir la collectivité tout en arrondissant les fins de mois, et cela rassure les parents d'élèves" explique encore Yannick Ohanessian.

Pour en savoir plus : c'est ici.