Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Fissures à Gignac-la-Nerthe : "Les évacuations sont toujours en cours " (Christian Amiraty)

Fissures à Gignac-la-Nerthe :

1/1

Fissures à Gignac-la-Nerthe : "Les évacuations sont toujours en cours " (Christian Amiraty)

M. Chaix M. Chaix
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Après la découverte de fissures sur l'Hôtel de Ville et de plusieurs bâtiments annexes, le maire de Gignac a fait évacuer par principe de précaution des riverains et personnels municipaux. Ils sont actuellement reçus par ses services et ceux de l'Etat pour trouver des solutions de relogement. Une expertise est en cours pour déterminer l'origine des failles. Notre entretien avec Christian Amiraty

Quand le phénomène a-t-il débuté ? 

En août, j'ai découvert la présence de fissures sur le bâtiment de l'Hôtel de Ville. Je me suis empressé de faire effectuer un diagnostic du bâtiment-mairie qui révélait des désordres importants. Le rapport m'est parvenu le 7 septembre, j'ai immédiatement appelé le sous-préfet. Le SDIS a été mis à contribution, ils ont envoyé un zodiac dans le tunnel du Rove, il est remonté jusqu'à l'éboulement du tunnel qui a eu lieu en 1963 et n'a rien remarqué de particulier sur les voûtes(...) Le 14 septembre, je constate une nouvelle fissure sur un bâtiment annexe, et je décide d'établir un périmètre de sécurité de 80 mètres. 

L'origine des fissures peut donc être diverse ?

La préfecture n'écarte aucune hypothèse et les services compétents insistent sur le fait qu'il n'y a aucune certitude sur les causes de ces fissures. Il peut s'agir du tunnel du Rove comme d'un autre élément. Le sous-préfet a diligenté un bureau qui avait déjà été sollicité en 1980 quand les mêmes phénomènes s'étaient produits. Ses conclusions seront rendues fin octobre, nous l'espérons avant. 

Où en sommes-nous des évacuations ? 

Les évacuations s'effectuent en ce moment. Elles concernent une trentaine de personnels municipaux et une trentaine d'habitants. Je reçois chaque habitant individuellement pour savoir s'ils ont la possibilité de se faire héberger par des proches pour un mois. Nous évoquons ensemble la nécessité de les reloger très vite avec les services de l'état. Des solutions vont être proposées à ceux qui ne peuvent pas être hébergés.

Quid de l'école évacuée ? 

L’école primaire Marie Mauron ex-Célestin Arigon  n'est pas immédiatement dans le périmètre de sécurité mais se situe à environ 30m. Les parents sont très inquiets et par conséquent l'école est fermée aujourd'hui. Les 130 élèves de l'établissement reprendront le chemin de l'école dans les écoles maternelles Nelson Mendela et Marcel Pagnol ce lundi.