Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

A Châteauneuf-les-Martigues, le terrain de la discorde

A Châteauneuf-les-Martigues, le terrain de la discorde

1/1

A Châteauneuf-les-Martigues, le terrain de la discorde

M. Montagne M. Montagne
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Les riverains du quartier du Coulet, à quelques centaines de mètres des écuries de Châteauneuf, sont exaspérés. Un terrain récupéré par des gens du voyage sédentarisés est utilisé comme décharge en plein cœur d'une zone écologique sensible.

 Le litige raconté par les riverains
 Les mesures prises par le maire
 Les mesures que s'engage à prendre le député

Ils étaient une vingtaine de riverains ce dimanche matin pour accueillir les élus locaux appelés à la rescousse.
En premier lieu évidemment, le maire de la commune, Roland Mouren, mais également le député de la circonscription Eric Diard ainsi que Valérie Guarino et Eric Le Dissès au titre du conseil départemental des Bouches-du-Rhône.
Raisons de cet appel à l'aide ? Un terrain agricole, devenu propriété de membres sédentarisés d'une communauté de gens du voyage par le biais d'une donation considérée par les riverains comme obscure, sert actuellement de dépôt de déchets provenant essentiellement de la construction.
La parcelle étant entourée d'une zone Natura 2000 et de terrains relevant du Conservatoire du Littoral, dont la réserve naturelle du Barlatier, les habitants craignent ainsi que cette décharge de matériaux divers n'abrite des déchets toxiques pouvant éventuellement polluer les nappes phréatiques alors que l'étang de Bolmon n'est situé qu'à quelques centaines de mètres.
D'ailleurs, deux membres de l'association Eco-Relais Côte Bleue rattachée à la France Nature Environnement (FNE 13), présents ce matin, soulignaient que leur association pourrait saisir le Procureur de la République au sujet de ce risque écologique encouru. 
Selon les riverains, de nombreuses espèces d'oiseaux - chouettes chevêches d'Athéna, hibous Grand duc ou encore des rapaces comme le milan et la buse, ont élu domicile dans les arbres qui entourent la zone contestée d'où la crainte que l'activité sur le terrain ne les fasse fuir. 
Les habitants ont sollicité un nombre impressionnant de services (notamment la DDTM, direction départementale des territoires et de la mer) dont aucun n'a donné suite, le maire a pris des arrêtés municipaux avec procès-verbaux adressés au parquet, restés sans suite également et le député Diard promet, lui aussi de saisir la justice. 
Bien plus que les nouveaux propriétaires des lieux qui, selon les riverains, risquent de s'installer à échéance sur ce terrain pour y habiter comme semblerait le suggérer des travaux de remblayage constatés sur place, ce qui hérisse vraiment ces derniers, c'est plutôt l'abandon par l'administration de ces terres à vocation agricole, lesquelles, une fois délaissées, se transforment en friches et suscitent alors les convoitises.

En vidéo, la situation évoquée par les riverains ; les mesures déjà prises par le maire Roland Mouren et celles que s'engage à prendre le député Eric Diard à l'issue de sa visite