Temps forts

Berre l'étang: le pipeline de la discorde

En rouge, le tracé du nouveau pipeline

1/1

En rouge, le tracé du nouveau pipeline

G. Saucerotte G. Saucerotte
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

En colère, des habitants de Berre l'étang se sont réunis en collectif pour s'opposer au projet de Geosel qui veut construire une pipeline sous terrain dont le tracé passe sur des terres agricoles cultivables.

 Agnès et Mireille Géraudie
"C'est une aberration environnementale" Mireille Géraudie, à l'origine du collectif ne mâche pas ses mots lorsqu'elle évoque le projet de l'entreprise Geosel. Ce dernier prévoit le remplacement, de façon préventive, du pipeline actuellement situé dans l'étang de la Vaïne par un autre, de 10 km, qui contournerait la ville de Berre l'étang par le nord. Selon le tracé, il passerait alors dans les terres agricoles cultivables, notamment des vignobles et des terres classées Bio. Et c'est bien là que le bât blesse. "Ce tracé est dangereux pour l'environnement, pour la population et pour l'agriculture, estime Agnès Géraudie, également à l'initiative du collectif. Si une fuite avait lieu comme ce fut le cas dans la Crau, ce serait une véritable catastrophe." Puisque le pipeline construit serait utilisé pour le stockage d'hydrocarbures. Les habitants demandent ainsi à Géosel de revoir sa copie et de réparer la canalisation existante. De son côté, la société a précisé dans un dossier relatif au projet : " Au regard des enjeux environnementaux et du fait que les interventions sur les ouvrages sont plus faciles et moins à risque à terre qu'en zone subaquatique, tant en phase de travaux qu'en phase d'exploitation, Geosel Manosque privilégie le contournement terrestre de Berre l'étang." Des arguments que le collectif ne peut entendre. "Ils nous ont même proposé des indemnités, mais la question n'est pas là, poursuivent Mireille et Agnès. De toute façon nous sommes déterminés à aller jusqu'au bout. A aller jusqu'en justice s'il le faut. Nous userons de tous les moyens légaux pour que ces travaux ne voient pas le jour." Le collectif peut également s'assurer du soutien de la municipalité qui a voté contre ce projet à l'unanimité lors d'un précédent Conseil municipal. Des Zadistes auraient même approché le collectif dans l'éventualité d'un durcissement de ton. 

Une enquête publique relative à  ce projet est actuellement en cours, jusqu'au 8 juin, à l'hôtel de ville de Berre l'étang. Les documents seront ensuite consultables sur rendez-vous, jusqu'au 10 juillet.

Ecoutez les interviews d'Agnès et Mireille Géraudie.