Temps forts

Foued Kadir prolonge au FC Martigues. Entretien où il est aussi question de l'Algérie et de l'OM

  • Sports
  • 13/05/2020 à 18h55
  • 09:13
K. Attab K. Attab
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Foued Kadir va enchainer une troisième saison au FC Martigues. L'ancien joueur de l'Équipe Nationale d'Algérie a prolongé son contrat avec son club formateur, et il entend bien aider le FCM à retrouver le monde professionnel.

Foued Kadir est un ancien joueur pro qui a évolué notamment à Amiens, Valenciennes, l'OM, Rennes, le Betis Séville, Getafe et Alcorcon

Depuis deux saisons l'ancien international algérien (25 sélections entre 2010 et 2015) portent le maillot de son club formateur, le FC Martigues dans un championnat de National 2 assez exigeant.

Le dernier championnat laisse un goût d'inachevé aux Martégaux 5e à 9 journées de la fin et qui avaient beaucoup d'ambitions au moment d'aborder le sprint final, mais Kadir et ses coéquipiers seront prêts à relever le challenge la saison prochaine. 

L'un des enfants de Boudème a récemment prolongé son aventure avec le FCM. 

 

Foued Kadir nous a accordé un long entretien...

Karim Attab : Foued bonjour, nous sommes sortis du confinement en début de semaine, comment as-tu vécu cette période compliquée ? 

Foued Kadir : "Bonjour Karim, ben ça va écoute, ça a été assez compliqué lors du confinement puisque ça n'a pas été évident de pouvoir faire du sport en extérieur, pouvoir garder la forme. Là c'est vrai qu'avec le déconfinement on va pouvoir un peu en profiter pour faire quelques séances physiques à l'extérieur. On a fait ce qui avait à faire comme tout le monde, on est resté à la maison, on a pris soin de nous, de notre petite famille, tout va bien et grâce à Dieu, il y a la santé c'est le plus important."

Comment tu as accueilli les annonces de la FFF qui a pris la décision de stopper les championnats amateurs assez tôt, il y a plusieurs semaines ?

"Sincèrement, je m'y attendais un petit peu car avec ce qui s'est passé, ça a été très compliqué, bon le football c'est un peu toute ma vie, mais c'est vrai que la santé ça passe avant tout, et sans santé il n'y a pas de football. Donc je m'y attendais quand même un petit peu. Après ça a été difficile à avaler dans le sens où on faisait une saison plus que correcte, on était à cinq points du premier à neuf journées de la fin, donc on avait encore notre mot à dire concernant la montée. Donc on avait encore un coup à jouer, c'est vraiment dommage mais c'est la santé qui prime et qui passe avant tout. Il y a des choses plus importantes que le football dans la vie."

L'actualité, c'est que tu as récemment prolongé ton contrat avec le FCM pour la saison 2020-2021. Foued Kadir qui continue l'aventure au FC Martigues ça veut dire quoi ? qu'il fait bon vivre à Martigues ? Mais que tu as encore des ambitions avec ce club ?

"C'est ça,; il fait bon vivre déjà parce que je suis chez moi, je suis à la maison, et ensuite parce que je suis venu ici avec une idée en tête... de tout faire pour aider le club à retrouver le monde professionnel, et j'ai envie de dire que j'arrêterai pas tant que je pourrais faite en sorte d'aider le club à retrouver le monde pro. Et c'est vrai que cette saison ça aurait été peut-être le moyen de retrouver au moins le National, malheureusement ça n'a pas été fait par rapport à ce qui s'est passé, et voilà j'ai encore l'envie, je suis encore déterminé, et j'ai encore cet objectif là d'aider mon club formateur et d'aider ma ville à retrouver le haut niveau. Voilà tant que j'ai l'envie et tant que le corps suit, et bien je suis là, je serai toujours présent."

On rappelle que tu n'as pas eu parcours habituel pour un joueur professionnel. Est-ce que c'est une force pour t'aider à aller encore plus loin ? Avoir encore faim à 36 ans, c'est peut-être lié au fait que tu es arrivé un peu plus tard, et par une voie différente ?

"Oui je pense que ça joue quand même parce que comme tu le dis j'ai un parcours un peu atypique. Je n'ai pas signé pro à 18 ans comme la plupart des jeunes aujourd'hui, j'ai signé mon premier contrat pro à 24 ans, je suis passé par tous les niveaux amateurs avant d'arriver au plus haut niveau et avant d'arriver en Ligue 1. C'est peut-être pour ça qu'aujourd'hui je n'oublie pas d'où je viens, et que j'essaie de rendre un peu ce que m'a donné ce foot amateur, et c'est pour ça aussi que je suis encore là aujourd'hui à 36 ans, et que j'ai encore l'envie, que je suis encore comme un gamin à aller à l'entraînement tous les jours, et je me régale, et que je ferai tout pour aider mon club à retrouver le haut niveau."

La saison prochaine sera importante aussi car le club va fêter ses 100 ans, c'est une année très importante. Le coach a été confirmé, j'ai l'impression que vous allez essayer de garder une ossature, en ajoutant quelques pièces qui vont bonifier ce groupe. L'objectif c'est la montée sinon rien ?

"Je pense qu'il ne faut pas se cacher, il faut afficher nos ambitions dès le début pour qu'on soit clair les uns avec les autres, et qu'on soit clair par rapport au message qu'on veut véhiculer. Il faut être déterminé voilà oui c'est la saison...on rentre dans un cycle où c'est quasiment la 3e saison avec les mêmes joueurs. Pour avoir parlé un peu avec le directeur sportif et le coach, ils veulent garder la plupart de joueurs, l'ossature et se renforcer un peu dans chaque ligne. Et voilà faut pas se cacher, il faut afficher nos ambitions clairement, on veut jouer la montée, bien sûr oui c'est l'année où il faut monter. Le club fête ses 100 ans, ça serait vraiment parfait qu'on puisse monter cette saison là."

Foued si on regarde l'essentiel de ta carrière. Le jour où tu t'arrêteras, tu pourras dire que tu as réalisé ton rêve. Quel regard tu portes sur cette carrière où tu as connu le monde professionnel pendant une bonne dizaine d'années ?

"Ben j'en suis très fier tout simplement. Il y a énormément de jeunes qui rêvent de faire carrière dans le football, mais il y en a très peu qui y arrivent. Et j'ai eu cette chance là grâce à Dieu, grâce à mon père, et grâce aussi à mon travail. Donc oui j'en suis très fier, d'autant plus que j'ai eu la chance de porter le maillot de l'Équipe Nationale d'Algérie, j'ai eu la chance de faire une Coupe du Monde et deux Coupes d'Afrique. Voilà représenter son pays à une Coupe du Monde ou une CAN, c'était vraiment inespéré, c'est vraiment un rêve qui s'est réalisé, voilà c'est une grande fierté d'avoir pu faire cette carrière-là."

Et ça reste douloureux de na pas avoir disputer la Coupe du Monde 2014 ? 

"Oui c'est clair que j'aurai pu avoir une participation à deuxième une Coupe du Monde à mon palmarès, mais bon ça fait partie du jeu. J'ai pourtant tout ce qui fallait, je me suis fait prêter de l'OM à Rennes pou avoir du temps de jeu. Je fais quand même une saison plus que correcte à Rennes puisque je fais plus de trente matchs titulaire, je marque quelques buts et je fais de très bons matchs (32 matchs, 7 buts). C'est vraiment dommage, j'avais fait tout ce qui fallait mais après il y a avait un sélectionneur qui a fait ses choix et apparemment il a fait les bons choix puisque l'équipe est rentrée dans l'histoire en se qualifiant pour les 8e de finale. On a montré, enfin je dis "on" parce que je me sens concerné... L'équipe a montré une super image de l'Algérie et voilà on a vu sur le terrain des gars qui étaient prêts à mourir pour l'équipe et surtout pour le pays. Donc oui très fier d'avoir participer à celle de 2010 et très fier d'avoir participer aux qualifications de 2014."

On en a déjà parlé il y a quelques mois, mais qu'est-ce-que tu as ressenti quand l'Algérie a gagné la CAN 2019 ? 

"J'ai envie de dire que c'est une consécration. Ça fait des années et des années, que les joueurs, les staffs et les différents coachs travaillent pour enfin obtenir un titre. Et c'est que là avec la qualité de tous ces joueurs, plus ou moins jeunes joueurs, ça aurait été vraiment dommage de passer sur un autre cycle sans avoir au moins un titre, et là c'est la consécration, c'est un travail de longue haleine et bravo à tous les joueurs et bravo à Djamel Belmadi d'avoir ramené ce titre à la maison."

Ton rêve c'était de porter un jour le maillot de la sélection algérienne, mais je suppose que porter le maillot de l'OM, ça devait aussi trotter dans ta tête quand tu jouais, tout petit, dans ton quartier de Boudème ?

"Oui c'est clair... Pour un gamin issu de la région, j'allais au Vélodrome quand j'étais petit avec mon père. Ça a toujours été mon club de coeur avec le FC Martigues, donc oui ça aussi ça a été une grande fierté de pouvoir porter ce maillot de l'OM. Voilà je suis vraiment très fier l'avoir porté, surtout que la saison où j'arrive on finit quand même deuxième derrière le PSG, on se qualifie pour la Ligue des Champions, donc voilà c'est plein de petits souvenirs qui restent dans ma tête et que je garde gravés dans ma mémoire."

Tu arrives au mercato d'hiver après la CAN 2012. Cette saison 2012-2013, c'est la dernière fois que l'OM s'était qualifié pour la LDC... Comment tu as vécu ces six mois de folie ? 

"Ça c'est super bien passé. J'ai très vite été accepté par tout le monde, j'ai très vite été intégré. Bon je connaissais déjà quelques joueurs dont Dédé Gignac avec qui j'ai grandi. Et ça s'est super bien passé, on enchainait les victoires comme tu le dis même si c'était que 1-0 à l'arraché, voilà on était super costaud défensivement, on était efficace offensivement et voilà on sentait vraiment une osmose, un vrai groupe, et voilà le summum ça a été la qualification pour la Ligue des Champions tant attendue... donc voilà un vrai beau souvenir, vraiment."

Beaucoup de gens disent qu'il y a des similitudes entre l'OM de Villas-Boas et "votre OM" à vous, puisque vous avez fini 2e tous les deux. Quel regard tu as porté sur la saison de l'OM d'AVB ?

"Et bien déjà bravo à lui, bravo au coach Villas-Boas, puisqu'il n'a pas un effectif entre guillemets "exceptionnel" et il a malgré tout réussi à faire une saison plus que correcte. Il finit deuxième... c'est pas un football champagne comme on l'aime, mais voilà c'est efficace dans toutes les zones de vérité, défensivement et offensivement et voilà... à part lui tirer mon chapeau je ne vois pas ce que je peux dire d'autre, bravo à lui et aux joueurs d'avoir ramener l'OM sur la scène européenne."

 

Retrouvez l'interview de Foued Kadir dans son intégralité en vidéo. 

(interview, Karim Attab, Maritima Médias)