Temps forts

Audrey Quioc, présidente du Martigues Rugby Club "on a continué à travailler pendant le confinement"

  • Sports
  • 11/05/2020 à 12h55
  • 05:43
K. Attab K. Attab
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

On poursuit notre tour des clubs sportifs de notre territoire, avec aujourd'hui la présidente du Martigues Rugby Club, Audrey Quioc. Une association récente qui a dû se réinventer pendant la période de confinement...

Un entretien réalisé avant la fin du confinement

Bonjour Audrey Quioc, vous êtes la président du Martigues Rugby Club, une association créée en 2019 mise à l'arrêt avec le confinement. Comment allez-vous dans cette période délicate ?

"Bonjour... Effectivement cette période de confinement est plutôt compliquée mais bon on s'adapte, il faut savoir se réinventer, alors se réinvente et on s'adapte pour pouvoir garder un lien avec son entourage et les personnes du club. On garde un lien entre nous justement par le biais de visio, d'appels d'échanges sur les réseaux, on veut garder le lien avec tout le monde."

Justement comment ça se passe au MRC ? on sait très bien l'année de lancement d'un club est assez particulière. Comment vous vous organisez ?

"L'asso est créée depuis janvier 2019, on a réellement commencé l'activité au 1er juillet 2019, donc effectivement il y a moins d'un an. Par contre c'est vrai qu'on a été très actif, on avait les actions avec les maisons de quartiers avec l'été qui se sont poursuivies en périscolaires, avec certaines maisons de quartiers, notamment le centre social Jacques Méli où à Notre Dame des Marins. Donc on avait quand même des interventions en périscolaires et un autre agent de développement intervenait aussi dans les écoles primaires. Donc quand les écoles ont été fermées, il n'a plus pu intervenir, et les terrains sont fermés donc l'activité est arrêtée. Malheureusement au niveau du sport en lui-même, tout est l'arrêt, donc on attend, en plus on n'a pas vraiment encore de date. J'entendais dans le Bar des supporters justement le football est un sport de contact, un sport d'équipes... donc le rugby j'allais dire encore plus, sport d'équipes et sport de contact. Du coup c'est très compliqué, et on ne sait pas puisqu'on reste dans le flou quand même. Savoir est-ce-qu'on va reprendre en septembre, est-ce-qu'on ne va pas reprendre, est-ce-qu'on pourrait reprendre cet été ? Dans quelles conditions ? Parce que nous on a envie d'aller dans les quartiers rencontrer les jeunes, donner envie aux petits de toucher du ballon ovale et venir nous rejoindre et de créer cette convivialité. On ne sait pas dans quel contexte et dans quelle situation ça va être possible, dans quelles mesures. D'abord la santé et le fait que tout le monde soit en sécurité puis ensuite on verra ce qu'on peut faire. Et dès qu'on aura le feu vert, on fera parce qu'on est motivé pour faire."

Comment ça se passe financièrement pour le club. Vous avez pu bénéficier de certaines aides ?

"Concernant la santé financière du club, elle allait bien. On avait quand même déjà pu anticiper par le biais d'une rigueur que j'avais voulu mettre en place, et l'équipe a suivi de ce côté là pour qu'il y ait toujours l'assurance de pouvoir régler le salarié, puisque nous avons un salarié qui est actuellement en arrêt, et malgré l'activité partielle et le chômage partiel qui a dû être déclaré, il faut quand même continuer à régler ce salarié et les charges courantes concernant le club. On a eu une communication il y a quelques jours concernant les cotisations des licences qui ne seraient pas prélever par la FFR et par les Ligues, ni pour cette année et ça serait une aide pour l'année prochaine où des cotisations qui seraient prises par le club ne seraient pas reversées par la FFR et par la Ligue et qu'ils prendraient eux en charge les assurances pour laisser respirer les clubs amateurs donc ce sont des annonces qui sont faites et on attend des choses concrètes car je suis un peu comme Saint Thomas, je ne crois que ce que je vois...on verra, pour l'instant ce sont des annonce mais on attend d'avoir des choses concrètement... après on a toujours été aussi proche de la ville de Martigues, qui a fait de nouvelles annonces pour nous verser une nouvelle avance de subventions comme ils le font toutes les années à Martigues, on a des avances de subventions en décembre qui sont faites avant le vote du budget primitif, et donc là on a eu la chance de pouvoir aussi avoir une avance dans ce cadre là."

Vous communiquez beaucoup à travers les réseaux sociaux. Avez-vous pu garder un lien avec vos adhérents ? Proposer des animations ?

"Oui tout à fait, ça s'est mis en place à peu près quinze jours après le début du confinement. On avait déjà gardé un mien avant cela mais en interne, c'est à dire qu'il n'y avait pas de communication externe, on avait les éducateurs qui partagent sur chaque groupe du club des exercices, pour que les parents puissent faire les exercices au niveau sportif avec leurs enfants, avec les moyens du bord. Car pas tout le monde a un ballon de rugby chez soi, pas tout le monde a la possibilité ou l'espace aussi pour faire cela. Donc l'adapter aux appartements avec ce qu'ils pouvaient avoir chez eux... ça a été des exercices qui ont été fait en interne dans des groupes. Puis à partir de début avril il a été mis en place un petit concours « dessine ton rugby » et donc on a eu des dessins qui nous ont été transmis où on demandait aux enfants de dessiner leur rugby autour du Martigues Rugby Club, du rugby et donc on a eu des dessins qui nous ont été transmis et qu'on a pu communiquer chaque jour, avec surtout les « babys » les moins de 8 ans qui ont été très actifs, les grands un peu moins. On a fait ce concours en essayant de les booster. D'autres éducateurs ont lancé en interne pour le moment des petites choses concernant des vidéos pour pouvoir se lancer un ballon, un objet, et garder un lien, et être toujours en contact. Ça concerne tous les petits on prend très régulièrement des nouvelles. Et puis après on se faut un retour entre les éducateurs et les dirigeants, et puis on continue à préparer la saison à venir pour être prêt dès qu'on aura le feu vert. La saison à venir sur les actions, les dossiers de subvention également puisqu'on continue à les préparer aussi. Et puis on a aussi à préparer la labellisation de l'école de rugby... c'était possible aussi, c'est un projet qu'on avait commencé à monter avant le confinement, et on a quand même tous les feux qui sont au vert pour obtenir cette labellisation, donc on a continué à travailler malgré le confinement."

Découvrez la suite de cet entretien en "mode visio" avec la présidente du MRC. Elle y aborde notamment l'avenir à court et moyen terme de son association. 

(interview, Karim Attab, Maritima Médias)