Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

"La drogue est une calamité à Port de Bouc". Le maire écrit son désespoir au ministre Darmanin

1/1

"La drogue est une calamité à Port de Bouc". Le maire écrit son désespoir au ministre Darmanin

C. Lombard C. Lombard
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

"Cet ultime courrier est celui d'un maire désespéré" se désole Laurent Belsola dans une lettre adressée, ce jour, au ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. Le maire de Port de Bouc s'y dit "complètement délaissé par l'Etat face à un banditisme vorace, mobile, organisé et lourdement armée".

 Le maire de Port de Bouc Laurent Belsola demande l'aide de l'état face au trafic de drogue
 La commissaire de Martigues Sarah Tournemireévoque le trafic de drogue aux Amarantes

Ce courrier fait suite aux coups de feu à l'arme lourde qui ont eu lieu devant l’école Marcel Pagnol le 28 juin dernier sans faire de blesser. Après la visite de la Préfète de Police le 5 juillet dernier et la rencontre avec la Commissaire de Martigues hier au sein du quartier des Amarantes, Laurent Belsola le Maire, réitère sa demande de faire intégrer Port-de-Bouc au dispositif « Quartier de Reconquête Républicaine ».

Le premier élu invite également le ministre à venir à Port de Bouc pour "faire état du travail de terrain que nous menons d'ores et déjà et du travail conjoint que nous pourrons mener afin d'améliorer la sécurité de nos compatriotes".

Un point de « deal » important avec une montée en puissance depuis la fin du confinement

Hier, une réunion publique a été organisée à Port-de-Bouc en présence de la commissaire du district. Sarah Tournemire reconnaît que le quartier des Amarantes "est un point de « deal » important avec une montée en puissance depuis la fin du confinement. Des actions quotidiennes y sont réalisées jour et nuit par les forces de police". "Le trafic de stupéfiants s'y est multiplié, les trafiquants occupent les parties communes des habitations donc on est en train d'essayer de reconquérir le terrain" poursuit la commissaire qui insiste cependant sur le fait que le quartier des Amarantes "n'est pas une zone de non-droit et qu'on y accède et circule librement". Sur la question du renfort de police et du retour d'un commissariat à Port-de-Bouc, Sarah Tournemire a estimé qu'il s'agissait d'une question politique qu'il ne lui appartenait pas de commenter.

 L'intégralité de l'entretien avec la commissaire Sarah Tournemire et le maire de Port-de-Bouc Laurent Belsola est à consulter en vidéo au micro de Cyprien Juilhard.