Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Services Publics à Port-de-Bouc: adaptés et toujours ouverts

Services Publics à Port-de-Bouc: adaptés et toujours ouverts

1/1

Services Publics à Port-de-Bouc: adaptés et toujours ouverts

U. Téchené U. Téchené
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

En cette période compliquée de crise sanitaire, choix a été fait par de nombreuses communes d'adapter les services publics afin de les garder ouverts, que ce soit pour la population en général ou les jeunes en particulier. Le cas de Port-de-Bouc.

 Magali Giorgetti, adjointe au maire de Port-de-Bouc
  Laure Lamarre-Florès directrice du Centre d'Art Fernand Léger
 La réaction de l'artiste Didier Petit

Entre confinement(s) et couvre-feu depuis mars 2020, bien des communes ont adapté leurs Services Publics à la crise sanitaire. Aujourd'hui à Port-de-Bouc, la Maison des Services Publics qui centralise un bon nombre d'organismes est ouverte à la population mais seulement sur rendez-vous afin d'éviter trop d'usagers en même temps ou des files à l'extérieur. Par contre à l'intérieur de la structure, certains services ont déserté la place : « La CAF, ou la Sécurité Sociale par exemple, ne viennent plus faire leurs permanences depuis la crise Covid, explique Magali Giorgetti, adjointe au maire en charge de la vie citoyenne et associative, donc tout doit se faire par internet. Mais ici tout le monde n'est pas équipé ou sait s'en servir. Pour palier cette fracture numérique nous avons embauché un travailleur social pour aider ces usagers dans leurs démarches ».

Pour le volet solidarité ô combien important à Port-de-Bouc, les Centres Sociaux ont été mis à contribution pour seconder le Secours Populaire, entre autres, dans la livraison des colis alimentaires. Une réorganisation à part entière. Ces mêmes Centres Sociaux qui accueillent toujours les enfants, ainsi que le Point d'Accueil Jeune établi maintenant Cours Landrivon : « Grâce à cette association, continue Magali Giorgetti, on arrive à proposer à la jeunesse une forme de défouloir, vu la situation anxiogène dans laquelle on se trouve ».

Les Services Publics, c'est aussi les lieux culturels. Le choix a été fait par la Ville, puisqu'elle en avait la possibilité, de les laisser ouvert pour le jeune public. C'est le cas du conservatoire de musique ou du Centre d'Art Fernand Léger : « Grâce à un assouplissement des mesures le 15 décembre dernier, nous avons retrouvé les enfants en présentiel pour nos ateliers, sachant que les cours sont maintenus en visio pour les adultes, détaille la directrice Laure Lamarre-Florès. En ce qui concerne les résidences, nous continuons à recevoir des artistes pour leur travail de création, et nous poursuivons nos interventions dans les écoles puisqu'elles sont ouvertes ». En ce moment et pour quelques jours encore, l'expo intitulée « le Voyage » est une installation de l'artiste Didier Petit, qui a vécu une inauguration inédite en novembre : « Le jour de l'inauguration? L'exposition ici, et moi chez moi. Nous avions fait une vidéo visible sur le web qui a servi d'inauguration. Mais depuis évidemment zéro visiteur à part quelques professionnels... j'ai l'impression de travailler dans le vide ».

Malgré ses efforts, le Centre d'Art Fernand Léger a déploré en septembre dernier 30% d'inscriptions en moins. De l'ensemble des lieux culturels, seule la médiathèque a encore le droit d'accueillir un public adulte. Un état de fait pour la culture qui demande de la vigilance pour la directrice Laure Lamarre-Florès, en pensant "aux jours d'après" : « Je pense que nous, professionnels, devrons être très attentifs aux façons de rebondir pour répondre à cette demande de culture qui, de fait, évolue dans sa pratique ».

Retrouver en vidéo Magali Giorgetti, adjointe au maire de Port-de-Bouc en charge de la vie citoyenne et associative, Laure Lamarre-Florès directrice du Centre d'Art Fernand Léger et l'artiste Didier Petit.