Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Port-de-Bouc. Élus et habitants s'élèvent ensemble contre la haine

R. Chape R. Chape
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Le PCF organisait ce midi un rassemblement en soutien à Patricia Fernandez-Pédiniélli, maire de Port-de-Bouc, dont le domicile a été la cible d'un incendie criminel dans la nuit de mercredi à jeudi. Plusieurs centaines de personnes étaient présentes.

"Tant pis pour ceux qui ont voulu me faire du mal, mais tous ceux qui sont ici me renvoient beaucoup de bien, et je veux partager cette chaleur humaine avec toutes les victimes", exprimait toujours émue Patricia Fernandez-Pédiniélli, au terme du rassemblement. Les yeux embués, les gorges serrées, les voix grelottantes dans les discours, auront témoigné, au moins, de toute l'affection que ses nombreux camarades lui portent, et au plus, de leur sincère, intense, solidarité vis à vis de ce qu'a subit la maire de Port-de-Bouc. 

Hier matin, le préfet des Bouches-du-Rhône dénonçait lui aussi "un acte d'une lâcheté impensable et intolérable", tandis que les témoignages de soutien des élus locaux se multipliaient à son égard. 

"La réponse à cet acte grave, ignoble, est claire, digne et sans retard ; c'est notre présence, nombreuse, en plein jour, sous la devise de la République", clamait le député Pierre Dharréville au cours de son allocution. "C'est la fraternité que nous mettons en acte, c'est le refus de la violence, de la haine, de l'intimidation, de la bêtise et du crime. Nous n'acceptons pas, nous ne laisserons pas faire, et nous nous élèverons de toutes nos forces, à chaque fois qu'il le faudra. Personne, ne nous fera taire". 

Une enquête de police est en cours pour retrouver le ou les auteurs de ce que beaucoup pensent être avant tout un acte d'intimidation. "Je n'ai jamais été confrontée à de tels actes en dehors des périodes électorales et pré-électorales", déclarait Patricia Fernandez-Pédiniélli. "Je trouve que cela commence bien tôt".