Temps forts

Temps forts
Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Port-de-Bouc: l'adieu au Louis Colet

U. Téchené U. Téchené
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

L'emblématique bateau-pompe « Louis Colet » a quitté ce matin le quai de Port-de-Bouc pour ne plus revenir. C'est désormais le « Matelot Louis Colet » qui lui succède dès aujourd'hui, navire certes plus modeste en taille mais très polyvalent.

Trois coups de sirène de brume... et les deux remorqueurs éloignent l'emblématique « Louis Colet » du quai qu'il occupait à Port-de-Bouc depuis de nombreuses années. Direction le « poste 870 », situé à proximité de la darse II du Grand Port Maritime de Marseille. Mis en service en 1974, le bateau-pompe « Louis Colet », à l'époque le plus gros d'Europe, a été désactivé en 2015. Propriété du GPMM et mis à disposition des Marins-Pompiers de Marseille, ce bateau-pompe est arrivé spécifiquement pour intervenir contre les incendies susceptibles de se déclarer sur les pétroliers et méthaniers qui fréquentaient de plus en plus nombreux les eaux de Marseille et de Fos.

Depuis aujourd'hui, c'est le bateau pompe léger « Matelot Louis Colet » qui remplace le « Louis Colet » pour les bassins Ouest tandis que son frère jumeau, le « Capitaine de corvette Paul Brutus », est déjà actif dans les bassins Est depuis le printemps 2018. Ces BPL mesurent 25 mètres de long pour 7 de large avec une coque acier/aluminium et un tirant d'eau d'1,80 mètre. Pouvant naviguer jusqu'à 12 nœuds, ils peuvent embarquer jusqu'à 15 marins-pompiers. Concernant leurs capacités opérationnelles, ils possèdent contre les incendies 2 canons mixtes eau et mousse de 4000 litres/minute chacun et 1 de 3000 l/mn avec une réserve de 6000 litres d’émulseur, l'ensemble assuré par 2 pompes de 600 m3/h. Ils peuvent transporter du matériel et ils correspondent à « une ambulance de réanimation » avec une équipe médicale de 3 personnes. Enfin, ils peuvent appareiller en 5 minutes.

Ces caractéristiques en font des bateaux très polyvalents avec comme missions principales la lutte contre les feux de navires en rade et à quai, et l'alimentation d’engins anti-incendie terrestres depuis un quai, une berge ou une plage. En missions secondaires : lutte contre les incendies de nappes d'hydrocarbure, d’infrastructures portuaires ou de forêts côtiers, et opérations de reconnaissance et de recherche de personnes, d’assistance, d’évacuation et de remorquage ou de dépollution. Ces BPL sont mieux adaptés aux besoins des Marins-Pompiers et à l'offre en matière de secours, sachant que le GPMM a vu le nombre de pétroliers décroître au profit des portes-conteneurs.

Ces 2 BPL ont été construits à Boulogne-sur-Mer pour un coût d'ensemble de 7,4 millions d'Euros pris en charge par le Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône et par la Ville de Marseille. Le « Matelot Louis Colet » est le second à être sorti du chantier Socarenam, ayant rejoint Marseille en janvier pour une période d’essais et d’entraînement avant d'arriver ce jour à Port-de-Bouc.

En vidéo le Lieutenant de Vaisseau Thomas Villar, commandant de la caserne « Second maître Gaulier » à Port-de-Bouc pour le Bataillon des Marins-Pompiers de Marseille.