Temps forts

Miramas : mobilisation contre l'expulsion d'un père de famille

N. Ouerfelli N. Ouerfelli
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Le collectif Réseau éducation sans frontières (RESF), a organisé hier un rassemblement devant l'école Carraire à Miramas. Le but de ce regroupement : éviter l'expulsion d'un père de famille !

Un père de famille, Burim Meholli est, depuis le 4 avril dernier, retenu au centre de rétention administratif de Sète, d'où il doit être expulsé vers le Kosovo. "M. Meholli est maçon, il a malheureusement été arrêté sur un chantier pendant qu'il travaillait", explique Marie-Odile Isard membre du collectif RESF de Miramas.
Une arrestation qui a touché les habitants du quartier dans lequel vivait cette famille. "De nombreux voisins et amis veulent manifester leur solidarité à madame Meholli et à ses trois enfants", précise-t-elle.
Le père de famille, sa compagne et ses trois enfants, habitent Miramas depuis plus de quatre ans et demi. Les deux fillettes et le dernier, un petit garçon, sont scolarisés depuis presque 5 ans, selon le collectif, et à ce titre, la famille entière aurait pu bénéficier de la circulaire dite de "régularisation" de Manuel Valls. Le texte, entré en vigueur le 3 décembre dernier, prévoit la régularisation de familles en mesure de justifier une présence d'au moins cinq ans sur le sol français et ayant un enfant scolarisé depuis trois ans. "La famille Meholli s’apprêtait à faire une demande de titre de séjour", nous apprend Marie-Odile Isard. "Cela s'est joué à quelques mois, ils n'ont pas eu de chance", déplore le collectif RESF Miramas.

La famille a d'ores et déjà exprimé sa volonté de rester à Miramas, même en cas d'expulsion du père de famille, selon RESF. Une expulsion qui serait prévue demain, le 1er mai.
 

Regardez, en vidéo, Marie-Odile Isard membre du collectif RESF et Jean-Paul Juchem professeur principal de l'aînée des enfants Meholli, parler de  la situation de cette famille.