Temps forts

Grève et manifestation à Miramas contre les suppressions d'emplois dans le Fret

Grève et manifestation contre le projet de réorganisation de la gare de triage à Miramas

1/1

Grève et manifestation contre le projet de réorganisation de la gare de triage à Miramas

D. Cismondo D. Cismondo
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Plusieurs dizaines de personnes, voire une centaine, se sont réunies ce matin devant les bureaux de la direction de la gare de triage de Miramas. Un projet de réorganisation prévoyant plus de 50 suppressions de postes ne passe pas.

 Fabrice Trankle représentant syndical CGT de la gare de triage de Miramas
 Fréderic Vigouroux, le maire de Miramas
La mobilisation était forte ce matin devant les bureaux de la direction de la gare de triage de Miramas. Sur les 200 employés que compte le site, ils étaient près d'une centaine réunie ce matin. Pas question pour eux d'accepter ce nouveau projet de réorganisation qui prévoit la suppression de plus de 50 postes. Et lors de prises de paroles, les représentants CGT s'en sont pris à la politique de la direction locale, en présence du directeur venu écouter les syndicalistes. Pour eux, ce nouveau projet n'a pas de sens et, dans un communiqué, ils précisent : "En 2010, la mobilisation des cheminots CGT avec le soutien des élus locaux (...) avait permis de déjouer le projet de la direction, prévoyant la fermeture du triage et la suppression de 300 emplois (...) Les cheminots ont consenti beaucoup d'efforts de productivité depuis 2008 (...) puisque 50% des effectifs Fret PACA ont disparu et que les charges ont été réduites d'un tiers en trois ans. Aujourd'hui, l'activité du site est en constante augmentation, tout comme son chiffre d'affaires, trois fois supérieur à ses charges (...). Les besoins de transport de marchandises ne cessent d'augmenter : "Nous allons avoir à acheminer, dès 2016, de 550 000 tonnes à 1,7 millions de tonnes supplémentaires."
Et ce matin, le personnel de la gare de triage de Miramas a reçu le soutien d'élus locaux, dont le maire de Miramas, Frédéric Vigouroux, qui dénonce une décision totalement incompréhensible.

En vidéo: les explications de Fabrice Trankle, représentant syndical CGT de la gare de triage et de Frédéric Vigouroux, le maire de Miramas