Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

Les sapeurs-pompiers de Martigues expriment leur grogne

Les sapeurs-pompiers de Martigues expriment leur grogne

1/1

Les sapeurs-pompiers de Martigues expriment leur grogne

c. lips c. lips
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

À l'image d'autres centres de secours en France, les pompiers de Martigues expriment leur souffrance et l'affiche à l'extérieur de la caserne pour gagner l'adhésion de la population. Pro et volontaires dénoncent un manque d'effectif.

« Klaxonnez pour soutenir vos pompiers ». C'est le message que l'on peut lire sur de grandes banderoles étendues devant le centre de secours de Martigues depuis plusieurs jours. Un mouvement de grogne des pompiers professionnels et volontaires pour dénoncer un manque d'effectif et des conditions de travail qui se dégradent. 

Sapeur-pompier professionnel et représentant du personnel, Pierre Davisseau explique : "Chaque jour, on est 14-15 par équipe alors qu'il faudrait que l'on soit 21. Et à cela, il faut enlever un tiers de l'effectif qui est en vacances. Il nous manque des pro et on essouffle les pompiers volontaires en les sursollicitant, avance-t-il. Cette situation dure depuis 2018. On a réussi à compenser pendant le confinement avec des pompiers volontaires qui étaient plus disponibles, mais aujourd'hui on est en souffrance, livre Pierre Davisseau. Et cela a des conséquences sur le service rendu au public. Concrètement cela veut dire que l'on refuse certaines interventions ou que les casernes de Châteauneuf, Port-de-Bouc par exemple sont obligées de prendre le relais avec des délais plus importants.

De son côté, le Service départemental d'incendie et de secours, qui gère le centre de secours de Martigues (et son "annexe" de La Couronne), assure que l'effectif est conforme au règlement opérationnel départemental qui définit le nombre de sapeurs-pompiers professionnels et volontaires qui doivent composer chaque équipe de garde. "Il y a un maillage départemental entre les différents centres de secours qui permet de répondre aux sollicitations. Les centres périphériques viennent en renfort des centres principaux", assure l'un des cadres du centre martégal, rappelant que le Département a mis en place un plan de recrutement depuis trois ans, qui arrivera à sa cible en 2021, et qui a déjà permis d'embaucher 120 sapeurs-pompiers professionnels. Dans le même esprit, un concours sera organisé en 2022, notamment pour anticiper la vague de départs à la retraite. "Oui on recrute, mais surtout pour remplacer des départs à la retraire, commente Pierre Davisseau. Il n'y a pas de création de postes et le métier est de moins en moins attractif." 

En ce qui concerne le centre martégal, les effectifs sont stables depuis 2018. Le maire de Martigues, Gaby Charroux, a rendu visite à la caserne le week-end dernier pour apporter son soutien au mouvement de protestation. "Il n'y a pas assez de pompiers professionnels et des difficultés à recruter des volontaires, résume-t-il. On donne, les contribuables martégaux donnent six millions d'euros par an au Département pour ce centre de secours. Donc on est en droit de demander que le service rendu à la population soit à la hauteur de cet engagement", conclut le maire.