Temps forts

Inscrivez-vous
Ecoutez MAritima RADIO en direct

La mobilisation contre le déplacement de 14 familles de réfugiés a payé à Martigues

La mobilisation contre le déplacement de 14 familles de réfugiés a payé à Martigues

1/1

La mobilisation contre le déplacement de 14 familles de réfugiés a payé à Martigues

c. lips c. lips
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Plus d'une centaine de militants se sont rassemblés samedi matin devant le foyer de demandeurs d'asile de La Coudoulière à Martigues pour protester contre une décision de l'Administration jugée inhumaine. L'intervention du député Pierre Dharreville et du sénateur Jérémy Bacchi a permis de reporter ce déplacement

Elles sont quatorze familles, en situation régulière et en attente d'une réponse concernant leur demande d'asile, à avoir été informées jeudi dernier de leur déménagement vers d'autres foyers de Marseille et de la région, dès le lundi suivant. C'était sans compter la mobilisation des militants du tissu associatif, syndical et politique local. Un grand rassemblement a été organisé samedi matin devant le foyer, auquel ont participé des élus du parti communiste, la CGT, la FSU, toutes les associations qui accompagnent les réfugiés comme Amnesty, l'ASTI ou encore la Ligue des droits de l'homme, la MJC... 

"Déplacer des familles d'un foyer à l'autre, ça se fait régulièrement, explique Georges Fournier, le président de la Maison de l'hospitalité de Martigues. Ce que nous dénonçons, c'est cette manière inhumaine de gérer des personnes. Parmi ces quatorze familles, certaines ont des enfants qui sont scolarisés à Daugey depuis plusieurs années, d'autres sont en passe d'obtenir leur carte de séjour et un logement ici et il y a même des personnes qui sont bénévoles dans des associations humanitaires de la ville, comme le Secours populaire. L'Administration prend des décisions arbitraires sans regarder les situations individuelles et sans regarder les conséquences. On les déplace comme on déplace des pions." 

Grâce à la mobilisation des militants, et à l'intervention de deux parlementaires communistes du territoire, le député Pierre Dharreville et le sénateur Jérémy Bacchi, le préfet a décidé de reporter provisoirement ces déplacements et de procéder à une analyse individuelle des situations de chacun. 

Crédit photo UL CGT Martigues.