Temps forts

Martigues en deuil après le décès de Paul Lombard

Martigues en deuil après le décès de Paul Lombard

1/1

Martigues en deuil après le décès de Paul Lombard

M. Maisonneuve M. Maisonneuve
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Maire de 1969 à 2009, Paul Lombard a marqué l’histoire de Martigues. Il a voué sa vie à cette ville où il souhaitait que chacun puisse trouver sa place et vivre du mieux possible

Il n’était pas né à Martigues, mais c’est une véritable passion pour cette ville qui a guidé l’action de sa vie. Venu de La Ciotat alors qu’il n’était qu’un petit enfant, Paul Lombard s’est enraciné à Martigues où son père, Paul Baptistin, était un des chefs de file de la CGT à la raffinerie BP (plus tard devenue Inéos). Sa carrière politique s’établit dans le droit fil de l’engagement de son père, militant communiste, fondateur du réseau FTPF (Francs tireurs et partisans de France) local, que les Allemands fusillèrent avec d’autres patriotes en juin 1944

Au sortir de la guerre, Paul travaille à l’entreprise Astra Calvé implantée à Caronte, il s’implique en tant que syndicaliste et, lui aussi, militant communiste. Sa mère, Césarie, représentante locale de l’Union des Femmes Françaises, membre de la liste d’Union patriotique républicaine et antifasciste, est une élue d’opposition en 1953, puis passe le relais à son fils pour porter les idéaux de cette famille d’ouvriers qui rêve d’un monde plus juste. Paul expliquait ainsi ses choix : « Si j’avais failli à cette ligne de conduite tracée par le sacrifice de mon père, j’aurais eu l’impression de le trahir, de ne pas respecter sa mémoire. »

Il est élu en 1959 sur la liste menée par Francis Turcan. Celui-ci décède en 1969 et c’est Paul Lombard qui lui succède. La ville connaît alors une phase de croissance extraordinaire, liée à l’industrialisation de l’ouest étang de Berre, Paul Lombard et son équipe doivent faire face à des problèmes énormes : construire des logements, des écoles, des équipements sportifs, moderniser les réseaux d’eau potable et d’assainissement, implanter des parcs de loisirs, bâtir un hôpital, etc. Un travail harassant qu’il va mener à bien, encadré par des femmes et des hommes de valeur, élus et techniciens, avec le soutien de son épouse, Annie. Et cela avec un double souci : moderniser Martigues, oui, mais surtout préserver son identité, ses atouts environnementaux, sa qualité de vie.

Un véritable défi qui se traduit par une maîtrise de l’urbanisme qui aujourd’hui encore porte ses fruits, par un développement harmonieux du territoire communal, alors qu’en l’espace d’une vingtaine d’années Martigues triple sa population. Ce succès, les Martégaux le plébisciteront à plusieurs reprises, ce qui assurera à Paul Lombard et ses équipes une longévité politique exceptionnelle. Député de 1988 à 1993, officier de la Légion d’honneur en 2011, il ne s’est jamais écarté de la ligne de conduite qu’il s’était fixée. À propos du grand parc de Figuerolles, qu’il a fondé et qui porte son nom, Paul Lombard disait : « Je veux que tous les enfants de la ville, quels qu’ils soient, puissent en profiter. » Cette volonté, mise en œuvre dans les domaines culturels, sportifs, dans l’accès aux soins, à l’éducation, illustre mieux que tout autre ce à quoi cet homme a voué sa vie.

En 2009, Paul Lombard a cédé la place à Gaby Charroux, qui aujourd’hui lui rend hommage par ces mots : « Pour ma part, ce fut un privilège d'être à ses côtés pendant 20 ans. Une expérience formatrice qui m’a été profondément précieuse pour prendre sa suite et poursuivre l’œuvre progressiste entamée en 1959 par Francis Turcan. Et si nous nous sommes parfois éloignés, nous avons toujours eu l’intelligence et la hauteur nécessaires pour toujours nous retrouver dans l’intérêt de notre ville et de ses habitants. »

Maire honoraire depuis son retrait du poste de 1er magistrat, Paul est décédé à 92 ans dans la maison de son enfance, dans la ville qu’il a aimée et dans laquelle il laisse une trace profonde. Martigues est en deuil, mais l’héritage que garde la ville de son passage est aussi une foi dans l’avenir. 

 

Photo signée François Déléna : lors de l'inauguration du Parc de Figuerolles baptisé Paul Lombard, aux côtés de Gaby Charroux et d'autres élus.