Temps forts

Les Martégaux font de la résistance!

S. André S. André
Partagez cet article
  • Pratager sur Google+

Ils refusent la fermeture de leur bureau de poste, à Lavéra, et l'ont réaffirmé devant La Poste du quartier de Jonquières, ce mercredi 26 février

Il s'agissait pour le Comité de vigilance postale, créé il y a trois ans par d'anciens postiers, de réaffirmer son refus de voir le bureau de poste du quartier de Lavéra fermer pour des mesures économiques. La fréquentation de cet endroit serait en baisse selon sa direction. On parle d'une diminution d'activité de 8% : « Bien-sûr que cette poste est moins fréquentée, s'insurge René Pastor, l'un des membres du Comité. Ces quinze derniers jours, elle a été ouverte quatre jours seulement ! » Pour ce quartier excentré de Martigues qui compte beaucoup de retraités, la présence de ce service public est essentiel. Les habitants voient dans ces horaires aléatoires, affichés sur la porte au jour le jour, le démantèlement progressif de leur bureau de poste. Cette fermeture serait contradictoire avec la philosophie de cet organisme qui se dit « leader des services de proximité humaine. » C'est ce que l'on peut lire sur son site internet. La direction de l'opérateur public a proposé des alternatives à cette fermeture, notamment une présence minimale qui serait effectuée dans des locaux municipaux ou encore la prise en charge des services postaux par un commerce de ce quartier, ce que refuse l'ensemble des usagers.
Si ce bureau de poste est dans le collimateur de l'Etat, il en est de même pour celui des quartiers de La Couronne et de Carro. Selon le Comité de Vigilance, viendra le tour du bureau de Croix-Sainte. Après une pétition et des réunions de sensibilisation, le comité va créer un observatoire, avec l'aide des riverains. Ce dispositif permettra d'établir concrètement les manquements occasionnés par cette politique de réduction de moyens, que ce soit en termes d'horaires d'ouverture, de passage des facteurs, de distributions de colis ou de recommandés.
Cette démarche permettra de faire un état des lieux de la situation postale à Martigues, et sera un argument fort auprès de la direction de La Poste avec laquelle le Comité a entamé un dialogue : « Ce n'est pas simple parce qu'elle se refuse à rencontrer les comités d'usagers, explique Francis Fournier, le responsable. Ce n'est pas dans leurs gènes. Elle nous a quand même reçus, il y a un mois. C'est exceptionnelle et nous prenons la mesure de ce geste qui signifie que le rapport de force est en train de monter en notre faveur. »